Albert « Cubby » Broccoli

Albert Broccoli, surnommé « Cubby » était le premier producteur, avec Harry Saltzman, à donner naissance aux films de James Bond. Il est resté à produire et superviser les films jusqu’en 1989 pour Permis de Tuer, et a passé le flambeau à sa fille, Barbara Broccoli pour Goldeneye.

Le + du Le Bond : L’homme derrière le mythe


Né le 5 avril 1909 à Astoria, Etats-Unis, Albert Romolo Broccoli est décédé le 29 juin 1996 à Beverly Hills d’un problème cardiaque.

Albert « Cubby » Broccoli s’est battu avec acharnement pour sortir de la ferme. Personne n’aurait pu prévoir que le garçon qui poussait une brouette pleine de légumes dans les rues de Manhattan serait un jour l’un des producteurs les plus influents du monde.

A la fin des années 20, Broccoli fait l’expérience des dangers du métier d’agriculteur. Avec son frère, il fait l’acquisition de 500 âcres de mauvaise terre en Floride. Après deux années de dur labeur, un ouragan balaye tout. Ensuite il travaille dans une pharmacie, étudie le journalisme et entre dans une entreprise de pompes funèbres. Le travail devient vite déprimant et il démissionne. Broccoli part pour Los Angeles, chez son cousin, Pat de Cicco, agent comblé d’Hollywood. C’est comme s’il entrait dans un nouveau monde.

Mais Cubby doit gagner sa vie, il se retrouve à San Francisco comme vendeur et vit dans une petite pièce.
Un soir, il se rend avec un ami à l’hippodrome. La chance tourne. Cette nuit là, Broccoli gagne assez d’argent pour retourner à Los Angeles. Il veut réussir dans le show-business. Il trouve du travail à la 20 th Century Fox, et sympathise avec Howard Hughes.

Le + du Le Bond : rencontre avec Cubby Broccoli

Après la guerre Cubby rejoint le réalisateur Irvin Allen, un émigré polonais. Ils réalisent un film, Avalanche, pour les studios Eagle Lion. Pat de Cicco s’occupe du financement. Bien que le film ne fasse pas recette, Broccoli commence à travailler pour l’agence Famous Artists, représentant notamment Lana Turner et Ava Gardner.

En 1957, Broccoli lit un nouveau roman, Bons baisers de Paris, une aventure de James Bond 007. Il apprend que Ian Fleming est très intéressé par la vente des droits cinématographiques. Broccoli arrange un déjeuner, malheureusement les négociations échouent. Trois ans plus tard, l’association Allen/Broccoli prend fin. Tout est à recommencer.

Le 21 juin 1959, Cubby épouse la romancière Dana Wilson. Cary Grant est témoin au mariage. Deux ans plus tard, Broccoli s’associant à Harry Saltzman, obtient le feu vert pour produire le premier James Bond.

Broccoli et Saltzman créent une compagnie suisse, Danjaq S.A, nommée d’après leurs femmes respectives, Dana et Jacqueline.

Plus tard, pour la production du film proprement dite, les producteurs créent une compagnie en Angleterre, Eon Productions. Les producteurs souhaitent que Opération tonnerre soit le premier des romans de Ian Fleming à être adapté au cinéma.

Mais les droits se retrouvent bloqués dans un véritable imbroglio juridique. Ils se décident alors pour l’adaptation de Dr No. L’association entre les deux hommes est à l’origine de la série de films la plus prospère jamais produite.

Avec son mariage, Dana Broccoli donne un fils à Cubby, Michael Wilson, dont le pére, Lewis Wilson, est le premier à avoir incarné Batman à l’écran en 1942. La propre contribution de Michael G. Wilson à la saga James Bond se révélera importante. En 1960, les Broccoli ont une fille, Barbara, qui est maintenant la productrice des films 007, entre autres.

A la cérémonie des oscars de 1982, Broccoli est honoré du prix Irving G. Thalberg qui distingue les grands producteurs. En 1990, il aura même le droit à son étoile sur le Hollywood Walk of Fame.

Broccoliw

Goldeneye est le dernier film auquel il participe, au cours duquel il transmet la production à sa fille Barbara Broccoli, pour piloter la franchise dans une nouvelle direction, tout en conservant ce qui fait la renommée de la saga.

Albert R. Broccoli est mort par une belle soirée de juin 1996. Il ne souhaitait ni plus ni moins que de pouvoir faire des films qui ravissent les spectateurs. Il y est magnifiquement parvenu. Ce faisant, il a profondément modifié la réalisation, la promotion et la distribution des films. Il a placé haut la barre de ce qui doit être exigé des héros de cinéma.

Broccoli, c’est aussi…

  • 1953 – Les Bérets rouges de Terence Young
  • 1954
    • April in Portugal de Euan Lloyd
    • L’enfer en dessous de zéro de Mark Robson
    • Le Serment du chevalier noir de Tay Garnett
  • 1955
    • Commando sur la Gironde de José Ferrer
    • A Prize of Gold de Mark Robson
  • 1956
    • Safari de Terence Young
    • Zarak le valeureux de Terence Young
    • Odongo de John Gilling
  • 1957
    • Comment tuer un oncle à héritage ? de Nigel Patrick
    • L’Enfer des tropiques de Robert Parrish
  • 1958
    • La Brigade des bérets noirs de Terence Young
    • The man inside de John Gilling
  • 1959
    • The Bandit of Zhobe de John Gilling
    • Killers of Kilimanjaro de Richard Thorpe
  • 1960
    • The Trials of Oscar Wilde de Irving Allen / Ken Hughes
    • Jazz Boat de Ken Hughes
  • 1961 – Johnny Nobody de Nigel Patrick
  • 1963 – Appelez-moi chef (Call Me Bwana) de Gordon Douglas
  • 1968 – Chitty Chitty Bang Bang de Ken Hughes