Demain ne meurt jamais – novélisation

Tomorrow-Never-Dies-fposter

Le film Demain ne meurt jamais a fait l’objet d’une novélisation par Raymond Benson, dont l’histoire reprend le scénario du film écrit par Bruce Feirstein. Elle a été publiée au Royaume-Uni en octobre 1997 sous le titre de Tomorrow Never Dies et en France aux éditions Lefrancq (1997), sous le titre de Demain ne meurt jamais, avec une traduction signée Patrick Delperdange. Il s’agit de la première novélisation de l’auteur.

Synopsis

Elliot Carver, magnat des médias, s’est emparé d’un instrument très perfectionné qui induit en erreur les positions satellites des navires de guerre. Lorsque qu’une frégate britannique, le HMS Devonshire, navigant paisiblement sur la Mer de Chine se retrouve subitement survolé par deux MiG chinois et que ces deux avions sont mystérieusement abattus alors que le navire est impunément coulé : la crise éclate. La télévision et les journaux dont celui de Carver, Tomorrow, ne parlent plus que de la crise entre le Royaume-Uni et la Chine, chacun des deux camps étant persuadée que l’autre a déclenché les hostilités. La Troisième Guerre mondiale aura-t-elle lieu ?

M pense qu’il pourrait cependant s’agir d’une manipulation et demande à son agent de mener l’enquête. De Hambourg au Vietnam, où il s’allie avec la belle Wai Lin, agent de forces de sécurité extérieure de la République populaire de Chine, James Bond va devoir faire vite pour réunir assez preuves et stopper la machination de Carver avant qu’une guerre n’éclate…

Le M.P. s’avança vers un général posté au milieu de la pièce pour surveiller les opérations. Le général se tourna et jeta un regard à Wai Lin. Elle lui adressa un salut tandis que le M.P. faisait les présentations. « Colonel Lin », dit-il en montrant la jeune femme. Le général s’appelait Koh.
– Bienvenue colonel, déclara le général en mandarin. C’est un plaisir de vous revoir. Nous avons beaucoup de choses à nous dire. Comme vous pouvez le constater, nous sommes en train de démanteler le bureau de ce traître. Jusqu’ici nous n’avons rien trouvé. Venez avec moi.
Elle le suivit alors qu’il quittait la pièce pour emprunter le couloir en direction d’un bureau provisoire. Le général Koh l’invita à s’asseoir d’un geste.
– Colonel, avez-vous reçu des informations de la part de vos supérieurs à Beijing ? demanda-t-il.
– Bien sûr, monsieur.
– Que savez-vous donc ?
– Le général Chang a disparu. Et l’on croit qu’il a emporté avec lui certains secrets de première importance.
– Êtes-vous informé des secrets qu’il aurait dérobés ?
– Oui, répliqua-t-elle. La technologie russe de radar à basse fréquence.
– Comprenez-vous de quoi il s’agit dans les faits ?
– Il s’agit d’un radar qui émet des ondes à basse fréquence dont peut se servir un avion furtif, sans craindre d’être repéré. Notre gouvernement a réussi à obtenir l’un de ces systèmes il y a un mois de cela, au cours d’une mission de reconnaissance à Irkooutsk. C’est le général Chang qui a été chargé de le mettre sous bonne garde.

Demain ne meurt jamais
Raymond Benson

Différences avec le film

La novélisation est fidèle au film et inclue la plupart des scènes coupées (vous ne verrez cependant pas Gupta utiliser ses cartes à jouer) avec toutefois quelques petites modifications et ajouts. Le personnage de Charles Robinson n’apparaît pas dans la novélisation, il est remplacé par Bill Tanner. Il est précisé que la scène du « pré-générique » se situe dans la passe de Khyber, Bond fume et obtient son Walther P99 par Q en même temps que la BMW. Bien que la scène de la Rolls Royce soit présente dans la novélisation, Tanner et M évoquent leurs soupçons sur CMGN (Carver Media Group Network) et le fait que le Devonshire aurait plus être dérouté par Gupta dans la « salle de décision ». M joue d’ailleurs son poste sur l’enquête de son agent. Les Chinois lancent un ultimatum aux Britanniques pour qu’ils retirent de leur flotte et Felix Leiter est très brièvement mentionné. Il y a également une courte scène où Carver et Stamper rendent visite à Paris qui se trouve dans la chambre d’hôtel de Bond.

Avant de rejoindre le Sea Doplhin II, le bateau furtif de Carver, Bond et Wai Lin font l’amour sur la jonque. Bond ne prend pas Gupta en otage, Carver ouvre le feu sur la Royal Navy une fois son bateau repéré et Bond et Stamper se battent sur le toit du navire. La scène où Stamper lâche Wai Lin enchainée dans l’eau n’existe pas dans la novélisation. Carver tire le missile alors que Stamper est suspendu à l’arrière de celui-ci (désorienté, le missile tombera dans l’eau et Stamper meurt donc avant Carver). Il n’est dit à aucun moment de la novélisation que le but de Carver est d’avoir l’exclusivité des ondes chinoises, ses motivations ne sont pas clairement expliquées, le personnage reproche cependant à l’Angleterre d’avoir rétrocédé Hong Kong et pense que le fait d’avoir été abandonné par son père, a dû déclencher en lui sa soif de pouvoir.

Un chapitre est consacré à l’enquête de Wai Lin : on apprend qu’elle fait partie des Forces de sécurité extérieure de la République populaire de Chine (People’s External Security Force) et qu’elle enquête sur le vol d’un radar à basse fréquence par le général Chang. Après avoir infiltré un entrepôt et s’être approchée d’un homme en faisant passer pour une prostituée, Lin découvre que Chang, avant de disparaitre, a expédié une prétendue cargaison de thé au QG du CMGN à Hambourg.

Un chapitre est également consacré à Elliot Carver : il est le fils illégitime d’un anglais (Lord Roverman) propriétaire d’une douzaine de journaux, et d’une prostituée allemande qu’il n’a pas connu (morte à sa naissance). Carver fut élevé par une pauvre famille « chinoise » à Hong Kong, son père l’ayant abandonné à sa naissance.
Lorsqu’il est plus âgé, il apprend la vérité sur ses parents. Elliot sombre alors dans une longue dépression qui dure jusque vers ses 21 ans, lorsqu’il qu’il est engagé comme présentateur météo dans une chaine télé de Hong Kong. Il est promu présentateur vedette en moins d’un an, mais commence à se lasser de sa carrière après cinq années ; il veut alors profiter de l’empire de son père biologique.
Carver rend visite à l’un de ses amis, Kriegler, un voyou/escroc/assassin, pour qu’il l’aide à retrouver son père. En 1974, Carver part à Londres et se rend aux bureaux de Lord Roverman. La rencontre entre les deux hommes se passe mal, le père d’Elliot ne lui dit même pas bonjour et veut qu’il disparaisse à jamais de sa vie.

En colère, Elliot prend contact avec une personne que Kriegler lui avait conseillé, Schnizler, un homme qui traine souvent avec un certain Stamper… Schnizler et Stamper suivent le Lord et apprennent qu’il a une maîtresse. Ils la payent pour installer une caméra chez elle et filment Roverman lors de pratiques sexuelles déviantes.
Schnizler contacte ensuite Lord Roverman et le fait chanter : s’il ne veut pas que les photos/vidéos circulent, il doit écrire dans son testament qu’Elliot Carver héritera de son empire médiatique à sa mort. Le Lord accepte.

Elliot est content et demande à Schnizler de passer à l’étape suivante : la mort du Lord. Pour se faire, Stamper tue la maitresse et dit à Roverman qu’il y a ses empreintes et qu’il est fini ; en lui tendant son arme, Stamper lui propose de partir en paix sans que les photos ne soient dévoilées. Lord Roverman prend l’arme et se suicide. À sa mort, Carver hérite de l’empire de presse de son père, la famille de ce dernier essaye de contester le testament, mais la justice donne raison à Elliot.
Elliot Carver souffre également d’un syndrome algo-dysfonctionnel de l’appareil manducateur, il prend plusieurs fois de l’ibuprofène durant la novélisation.

La scène de l’inauguration du nouveau QG européen de Carver à Hambourg fait partie de celles qui diffèrent le plus du film : Wai Lin est présentée à Carver comme la concurrente de Bond au poste de banquier, Paris gifle Bond devant son mari, les dialogues entre Paris et Bond sont déplacés à la scène de l’hôtel. Wai Lin rejoint 007 dans la salle où il se fait passer à tabac, Paris met fin à sa relation avec Elliot, Bond sabote la soirée de Carver en activant le dispositif anti-incendie…

La scène au QG de Saïgon contient également pas mal de différences avec le film : Carver demande à Stamper de s’enfoncer un coupe-papier dans la jambe, celui-ci s’exécute et prend beaucoup de plaisir (ceci issu d’un ancien script du film où Stamper ressentait du plaisir à la place de la douleur et inversement proportionnel). Carver révèle aussi qu’il a l’intention de lancer une guerre tous les deux ans. Les instruments de torture ne sont pas présentés à Wai Lin et Bond, Lin se sert de Gupta comme bouclier humain, le bâtiment est en construction et Bond et Lin sautent par-dessus une rue avec un mât de soutien vertical en bambou, …

La relation entre Paris est Bond est également brièvement expliquée : ils se sont rencontrés à un cocktail, Paris était dans les défilés de mode et leur relation a duré deux mois ; cela faisait sept ans qu’ils ne s’étaient pas revus. Le personnage de Stamper est également plus dérangé dans la novélisation, comme nous l’avons précédemment mentionné, il prend beaucoup plaisir en souffrant et en faisant souffrir.

Personnages principaux

  • James Bond, 007
  • Elliot Carver
  • Wai Lin
  • Paris Carver
  • Stamper
  • Jack Wade
  • Henry Gupta

Anecdotes

Benson a dit dans une interview qu’il pensait que Demain ne meurt jamais était la meilleure de ses trois novélisations.

L’auteur : Raymond Benson

Raymond Benson et Desmond Llewelyn (Q)

Raymond Benson et Desmond Llewelyn (Q)


Arme de service principale : Walther P99

Voiture : BMW 750

Pays principaux : Afghanistan (passe de Khyber), Allemagne (Hambourg), Vietnam (Saïgon)


Articles sur le sujet

Le + de CJB : Les novélisations de Raymond Benson

Guide des éditions françaises

Novelisation-5

 
Plus d’infos sur les éditions FR

Éditions étrangères notables

Couvertures prototypes



Laisser un commentaire


Laisser un commentaire