Renard (Robert Carlyle)

Film : Le monde ne suffit pas

 Le Rôle

Terroriste international, Victor Zokas alias Renard, n’est pas un homme très imposant, mais il est un des hommes les plus mortels du Proche Orient où il organise des attentats avec pour seul objectif le chaos et l’anarchie.

Renard opérait à Moscou en 1996, et avant cela à Pyongyang en Corée du Nord, puis il a été signalé en Afghanistan, en Bosnie, en Irak, à Beyrouth et au Cambodge.  Il travaille à son compte mais a des liens avec la mafia russe et a soudoyé beaucoup d’officiels par le commerce ou la peur, lui permettant de continuer ses activités néfastes.

Renard se distingue avec une cicatrice sur la tempe : la trace qu’a laissé la balle que l’agent 009, sur ordre de M, a logé dans son crâne. Mais Renard a survécu grâce à un médecin syrien qui a pu le faire survivre sans parvenir à extraire la balle.

La balle continue à se déplacer la balle se déplace dans le bulbe rachidien, annihilant tous ses sens : le toucher, l’odorat, la douleur et le plaisir, mais lui permettant aussi de pousser ses efforts et sa capacité physique : Renard se sait condamné, mais jusqu’à sa mort, il devient de plus en plus fort. Il a également une paralysie de la bouche le rendant incapable de sourire (cette affection est connue sous le nom de Paralysie de Bell).

Renard un homme imprévisible qui n’a plus rien à perdre et ose tout, même à kidnapper Elektra King, la fille de Sir Robert King, magnat du pétrole. Expert en manipulation et en explosif, cela le rend vite insaisissable pour le MI6.

Aujourd’hui dans la nature, Renard semble d’autant plus déterminer à mettre fin à l’empire de Robert King et son pipeline qui s’étend au Proche Orient. Mais les réelles raisons derrière cette nouvelle vague de violence pourraient bien cacher une autre passion de Renard…

Repère

Renard est insaisissable et ne reste jamais en un seul endroit. Ses liens et ses connections lui permettent de se déplacer partout en Europe et au Proche Orient sans être détecté.

reanard

Robert Carlyle

carlyle2

Robert Carlyle est né le 14 avril 1961 à Glasgow. Il a été élevé dans l’Ecosse des années soixante au rythme des premiers Bond de Sean Connery, un autre célèbre écossais.

Issu de la Royal Academy of Music and Drama, Robert Carlyle se révèle dans la comédie satirique de Ken Loach Riff-Raff (1990), qui l’impose d’emblée parmi les valeurs sûres de la nouvelle génération. Après le succès international de Priest (1994) d’Antonia Bird, il interprète Begbie, le personnage le plus complexe et le plus mémorable de Transpotting (1995), réalisé par Danny Boyle.

En 1996, Robert rencontre Anastasia Shirley, une maquilleuse, sur un plateau de la BBC, pendant le tournage de la série Cracker. Ils se marient à la fin de l’année 1997, l’année même ou il triomphe dans la comédie de Peter Cattaneo, The Full Monthy, qui lui vaut le British Academy Award du meilleur acteur en 1998.

Lorsque le réalisateur Michael Apted lui demande, fin 1998, de jouer le méchant dans Le monde ne suffit pas, une chose à laquelle il rêvait, Robert Carlyle donne tout de suite son accord. L’acteur est séduit par le rôle de Renard, personnage inquiétant mais intéressant.

Robert Carlyle est apparu également dans des séries télévisées tels que Hamish Mcbeth (1995), où il incarnait un policier d’une petite communauté écossaise, Cracker et la mini-série Looking After Jo (1998). L’acteur qui possède également une longue expérience de la scène, a fondé en 1991 la Rain Dog Theatre Company, basée à Glasgow, pour laquelle il a mis en scène Wasted, Vol au-dessus d’un nid de coucou, Conquest of the South Pole et Macbeth.

Robert Carlyle a été élevé, en janvier 1999, à l’Ordre de l’Empire Britannique. Une curieuse récompense pour quelqu’un qui aura passé deux heures à essayer d’éliminer le plus fidèle agent de Sa Majesté.

A la suite du tournage du film Le Monde ne suffit pas, l’acteur a enchaîné avec La Plage (2000), aux côtés de Leonardo Di Caprio, There’s Only One Jimmy Grimble (2000), To End All Wars (2001) 51st State (2001), Black and White (2002) et 26 semaines plus tard.

Robert Carlyle crée la surprise et la controverse en incarnant, en 2003, l’un des personnages les plus abominables de l’Histoire dans Hitler, la naissance du mal, un téléfilm canado-américain réalisé par Christian Duguay.

Depuis 2011, il incarne le very bad guy dans la série TV « Once upon a time« .

carlisle