Tiffany Case (Jill St John)

Film : Les diamants sont éternels

 Le Rôle

Tiffany Case est une contrebandière de diamants qui fait voyager incognito les pierres depuis Amsterdam aux Etats-Unis.

Cette femme séductrice est une trafiquante aguerrie qui ne se laisse pas impressionner par les hommes, et est aussi à l’aise en blonde ou en rousse que nue ou habillée devant eux. Avec un prénom venant du grand joailler (Tiffany’s), elle était sans doute prédestinée à trafic de bijoux. L’américaine est du genre opportuniste, et n’hésite pas à utiliser sa sensualité si cela est bon pour ses affaires ou sa sécurité.

Mais quand Bond vient mettre la pagaille dans le circuit très organisé de contrebande de diamants, Tiffany commence à perdre pieds, surtout quand les morts commencent à s’entasser devant sa porte.

Jill St John

jill

Jill Oppenheim est née le 19 août 1940, à Los Angeles. Elle commence sa carrière dans le show-business dés l’âge de quatre ans. Elle a en effet un rôle régulier dans la série radiophonique, One Man’s Family, pendant six ans. A dix ans, elle joue dans le premier téléfilm jamais réalisé, A Christmas Carol. Jill St. John suit ses cours sur les plateaux de la Universal et de la 20th Century Fox. Avec un QI de 164, elle rentre à l’université de Californie, deux mois après son quinzième anniversaire.

Plus célèbre pour ses amours que pour ses films, elle se marie très jeune avec Neil Dubin, riche héritier d’une famille d’industriels. Elle épouse ensuite Lance Reventlow, un coureur automobile, puis c’est le tour de Jack Jones, l’interprète du générique de la série La Croisière s’amuse. Mais elle déclare n’avoir rencontré l’amour qu’en 1982, avec Robert Wagner. Ils se sont mariés en mai 1990 et vivent dans une propriété de 8 000 m2 à Pacific Palisades.

C’est en 1960 que Jill St. John fut associée pour la première fois à James Bond. Elle posa pour Playboy alors que le magazine publiait pour la première fois une nouvelle de Ian Fleming, The Hildebrand Rarity.

A l’époque de la sortie du film, Les diamants sont éternels, Jill St. John sort une ligne de vêtements et de perruques portant son nom. Plus tard, elle se lance dans la création et la commercialisation de pulls haut de gamme. En 1975, on la voit dans Brenda Starr, un téléfilm pour ABC, puis Emerald Point N.A.S, une série TV de 1983 et dans un remake du Tour monde en 80 jours, aux côtés de Pierce Brosnan, en 1989.
Jill St. John se consacre aujourd’hui à ses chevaux et s’intéresse énormément à la cuisine, passion pour laquelle elle a d’ailleurs écrit un livre.

tiff4