Baron Samedi (Geoffrey Holder)

Le film : Vivre et laisser mourir

Le Rôle

Le Baron Samedi est un sorcier vaudou ressuscité d’entre les morts. Il a le pouvoir de jeter des sorts lors de cérémonies, et a un immense pouvoir sur les habitants superstitieux de la petite île de San Monique.

James Bond s’aperçoit très vite que l’influence et la présence du Baron Samedi sont omniprésentes dans l’île et servent à dissimuler les activités illégales de Kananga, faisant de lui un allié de poids pour le trafiquant.

Il le voit pour la première fois à l’hôtel où il est descendu. Le Baron Samedi y fait un surprenant numéro de danse et de magie. Cet homme immense et son rire sinistre croisera le chemin de 007 à de multiples reprises.

Bond arrive à le défier et à la vaincre en combat singulier lors d’une cérémonie vaudou… mais ce n’est pas sûr que la mort puisse réellement arrêter le Baron.

Le saviez vous ?

Le masque et le déguisement que porte Bond dans le pré-générique de SPECTRE est une référence au Baron Samedi. Vivre et laisser mourir est en effet le film préféré de Daniel Craig et Sam Mendes.

Scène supprimée ?

Plusieurs photos nous montrent le Baron Samedi et Solitaire sur une plage de Jamaique. Serait-ce une scène supprimée ? Hélas non. Il s’agit en fait d’une photo promotionnelle réalisée au moment de la sortie de Vivre et Laisser Mourir.

samedi6

Geoffrey Holder

Holder

Geoffrey Holder est né le 1er août 1930 à Port Spain, Trinidad. Il est plus qu’un simple acteur, c’est un artiste polyvalent qui a marqué le monde de la chorégraphie, de la peinture et de la décoration (sans oublier la création de costumes).

Les parents de Geoffrey encouragent les élans artistiques de leurs enfants. A quinze ans, il expose ses premières peintures à la bibliothèque de Trinidad. Lorsqu’il arrive à New-York en 1953, Holder monte une troupe qui fait rapidement référence.

Pendant que ses danseurs sont applaudis dans les divers spectacles et festivals du pays, il se fait connaître par la télévision pour des publicités le rendant vite populaire et le théâtre, notamment sur la scène de Broadway. Sa dernière collaboration au cinéma a été de donner sa voix sombre et gutturale au narrateur du Charlie et la Chocolaterie de Tim Burton en 2005. Il apparait aussi dans un film français, Hasards ou Coïncidences, de Claude Lelouch en 1998.

Dans Vivre et laisser mourir, c’est lui qui a dirigé toutes les chorégraphies que l’on peut voir dans le film (les cérémonies vaudou, le spectacle de l’hôtel, et les funérailles de la Nouvelle Orleans).

Geoffrey Holder est une célébrité new-yorkaise et un soir il reçoit pour dîner Ian Fleming à qui il sert un repas très épicé, typique des Caraïbes. Fleming qui était habitué à la cuisine anglo/jamaïquaine a reçu un vrai choc. Holder a d’ailleurs publié un livre de cuisine au début des années 70.

L’acteur nous a quitté le 5 octobre 2014 suite à une pneumonie.

holder3