Elektra King (Sophie Marceau)

Film : Le monde ne suffit pas

Le Rôle

Elektra King est la fille du grand industriel Sir Robert King qui construit le plus grand pipeline d’Europe pour alimenter l’Angleterre en or noir.

Cela fait d’elle une cible pour les terroristes. Elle a été capturée par Renard qui a demandé une rançon et lui a coupé une partie de l’oreille. Elektra a réussit à s’échapper et suite à la mort de son père, reprend les rênes de l’empire.

M envoie Bond assurer la protection d’Elektra et remonter la piste de Renard. La tâche s’avère plus difficile que prévu pour 007 car l’héritière est bien décidée à gérer son empire à sa manière, quitte à prendre tous les risques.

La vie ne vaut pas d’être vécue, si on ne la vit pas comme un rêve.

Electra King
Le monde ne suffit pas

Elektra est également plus complexe qu’elle n’y parait : déçue par son père qui n’a pas réussit à la libérer lors de son enlèvement, elle décide de changer la donne, séduit son kidnappeur et est bien décidée à faire payer tous ses concurrents, les faux amis et ceux qui se mettent sur son chemin.

Elektra King est donc une femme séductrice, manipulatrice et trompeuse bien décidée à montrer l’étendue de son pouvoir, et détruire ses adversaires.

Plan

Elektra a un double plan. Elle veut d’une part faire payer à M et son père ce qu’elle voit comme une trahison. Elle veut aussi éliminer toute la concurrence sur son nouveau pipeline. Pour cela, elle fait une alliance avec Renard pour déclencher une explosion qui contaminera le Bosphore et éliminera les pipelines concurrents, faisant d’elle la Reine économique de l’Europe de l’Est et du proche Orient.

Sophie Marceau

Sophie Maupu est née à Paris le 17 novembre 1966. En 1980, elle est découverte par Claude Pinoteau qui l’engage comme actrice principale dans La Boum.

En 1983, elle est récompensée par le César du meilleur espoir féminin. Sophie continue son chemin. A la recherche de ces rôles romantiques et populaires, de femmes amoureuses, voire passionnelles, dans un contexte très quotidien ou très romancé. Très vite, elle veut se débarrasser de son image d’adolescente, et transgresse les tabous avec des rôles très matures (L’Amour Braque, Police) dont elle ressort grandie (avec Zulawski) ou brisée (avec Pialat). Elle a aussi conscience de la fragilité de son statut en partageant la vedette avec les plus grands : Noiret, Depardieu, Deneuve, Belmondo…

Dans ce métier rien n’est joué. Si elle est devenue l’une des actrices les plus populaires en France, mais aussi en Corée, en Allemagne, en Russie, grâce à des films qui ont connu de très beaux scores (L’Étudiante, Fanfan), elle a subit quelques revers (tous les films de son mari).

Sa détermination à avancer la conduit dans la Cour des grands. Pourtant aucun de ses films n’a reçu les louanges des Césars, ses rôles de jeunes femmes ont rarement épaté, très peu de grands réalisateurs l’ont courtisé…

C’est peut être ce qui lui a fait sentir un certain étouffement… Mel Gibson est arrivé en homme providentiel. Il lui a insufflé l’oxygène dont elle avait besoin pour s’épanouir et la fait connaitre du grand public international, lui ouvrant les portes pour le rôle principal de la méchante / Bond Girl dans Le monde ne suffit pas. Il est évident que Braveheart, sa maternité, ses nouveaux métiers (écrivain, réalisatrice, modèle nue pour Antonioni), l’ont aidé à passer le cap de la trentaine, et à embrasser des personnages plus ambitieux.

Le 15 juin 2002, Sophie donne naissance à son second enfant, Juliette, dont le père n’est autre que le producteur américain Jim Lemley. Sophie Marceau continue à tourner de petits rôles dans des comédies françaises peu marquantes.