Les comics James Bond

comicsDepuis plus de 50 ans, James Bond fascine le monde. L’intérêt du public des années 60 s’est naturellement d’abord porté sur les films (explosion d’exotisme, de sexe et d’aventures orchestrées par un héros invincible armé de ses gadgets). Assez vite les fans ont voulu en savoir plus sur ce personnage extraordinaire. Ils ont ainsi découvert les livres… Les éditions Plon ont ainsi vendu 4,6 millions d’exemplaires des aventures de notre héros entre 1964 et 1966 en France.

Cependant, les films et les livres ne permettaient pas de couvrir, à eux seuls, la soif d’aventures du public des années 60. En effet, à cette époque les films ne pouvaient se voir… et se revoir, qu’en salle (le DVD n’existait pas !) et selon une programmation toujours imprévisible (les « James Bond sessions »). Les livres, eux, n’étaient pas assez « visuels » pour suffire à un public avide d’images. La BD, sous forme de « comic strips » puis « comics », est donc apparue comme « Le » complément naturel à ces médias. Mais avant même que les films n’existent, c’est dans le Daily Express que les Anglais on plus découvrir le visage de Bond pour la première fois, dessiné dans les comic strips, quelques années avant que le personnage ne soit incarné par Sean Connery dans Dr. No.

  • Des Strips rien que pour nos yeux

    Octopussy previewLes « Strips » sont des petites bandes dessinées faisant habituellement 3 ou 4 images. Ces mini-BD sont le plus souvent diffusées quotidiennement dans les journaux. Ceux de James Bond ont été publiés à l’origine et pour l’essentiel dans le Daily Express, en Grande-Bretagne.

    Dès 1957, Ian Fleming avait senti tout l’intérêt que pouvait présenter ce mode de communication mais était réticent quand le Daily Express l’a approché :

    L’Express est désespérément désireux de tourner James Bond en strips. J’ai de sérieux doutes sur cette opportunité. […] À moins que le niveau de ces livres ne soit maintenu, ils perdront leur piquant, et, je pense, que je suis là en grave danger car cela va non seulement « spoiler » le lectorat, mais cela va aussi devenir quelque chose ressemblant à une horloge de la mort pour moi. Une tendance à écrire des choses encore plus basses pourrait en résulter. L’auteur verrait ce qui se passe, et le dégoût de l’opération pourrait se glisser.

    Fleming, à qui l’on a promis que l’adaptation de ses livres serait traitée comme la « Rolls Royce » du strip, au moins 1500£ par livre, et un droit de regard, a finalement accepté, malgré les réticences de son ami William Plommer a qui il avait demandé conseil. En 1958 « Casino Royale » sortait en strips en Angleterre et tenait les lecteurs de l’Express en haleine, au quotidien. Cela faisait aussi l’affaire du journal qui fidélisait ainsi sa clientèle.

    007 par Fleming
    007 par Fleming

    Pour aider le Daily Express à illustrer James Bond, Ian Fleming a demandé à un artiste d’esquisser sa vision du personnage (voir l’image à droite, Fleming aurait eu en tête le golfeur Henry Cotton pour le visage de son héros). John McLusky, l’illustrateur de Casino Royale, a cependant estimé que l’image du 007 que lui avait présenté Fleming semblait trop obsolète et trop réminiscent des héros d’avant-guerre ; il a donc changé l’apparence de James Bond en quelque chose de plus robuste et masculin. McLusky avait choisi d’illustrer le combat dans l’Orient Express lorsque lui avait demandé de fournir des échantillons pour décrocher le job.

    Le succès des strips de Bond fut tel que tous les livres de Fleming furent (fidèlement) mis en BD entre 1958 et 1968, puis ce fut au tour du roman Colonel Sun de Kingsley Amis, et plus d’une trentaine d’histoires originales (toutes écrites par Jim Lawrence) furent même créées un peu avant et au-delà, entre 1968 et 1984. En tout, on dénombre une cinquantaine de strips.

    Tout n’a cependant pas été rose, Ian Fleming et Lord Beaverbrook (le propriétaire du Daily Express) se sont disputé en 1962 à propos des droits sur la nouvelle Bons baisers de Berlin (The Living Daylights). En effet Fleming avait fait publier cette nouvelle dans un journal rival de l’Express, le Sunday Times, alors que le Daily Express avait les droits de syndications sur les romans de Fleming (mais apparemment pas sur ses nouvelles). Lord Beaverbrook a alors abruptement annulé ses accords avec l’auteur et Fleming s’est alors vengé en les vendant au Sunday Times. Les accords annulés, le Daily Express n’est pas allé jusqu’au bout de la publication d’Opération Tonnerre (Thunderball) et d’autres journaux ont terminé à la va-vite le strip abandonné en cours de route par l’Express (l’histoire a toutefois été charcuté au tel point que Domino n’apparaît pas dans le strip et que Largo y est à peine mentionné). Il faudra attendre 1964, après la mort de Lord Beaverbrook, pour que la publication des strips Bond reprenne dans le Daily Express avec Au service secret de Sa Majesté.

    On regrettera aussi que les scènes sanglantes, de sexe et de torture ne sont pas assez appuyées dans les premiers strips, la faute probablement à la censure. Toutefois à partir de la troisième série, les choses changent puisque les illustrations des strips commencent à notamment dévoiler des seins nus (jusqu’à un point où les Bond Girl passent la plupart de leur temps torse nue). Certains des lecteurs pourront également regretter quelques aventures originales qui incluent du fantastique/mystère/horreur à la Chapeau melon et bottes de cuir.

    Durant le milieu des années ’60, les strips de James Bond étaient publiés dans 128 journaux à travers 44 pays de par le monde (dont la France). La liste de tous les comics strip Bond est la suivante :

    Titre Dessinateur Auteur(s)

    Dates de parution

    Numéros de parution

    Parus dans le Daily Express
    Casino Royale John McLusky Ian Fleming
    Anthony Hearn
    7 juillet 1958
    13 décembre 1958
    1-138
    Live And Let Die John McLusky Ian Fleming
    Henry Gammidge
    15 décembre 1958
    28 mars 1959
    139-225
    Moonraker John McLusky Ian Fleming
    Henry Gammidge
    30 mars 1959
    8 août 1959
    226-339
    Diamonds Are Forever John McLusky Ian Fleming
    Henry Gammidge
    10 aout 1959
    30 janvier 1960
    340-487
    From Russia With Love John McLusky Ian Fleming
    Henry Gammidge
    03 février 1960
    21 mai 1960
    488-583
    Dr. No John McLusky Ian Fleming
    Peter O’Donnell
    23 mai 1960
    1 octobre 1960
    584-697
    Goldfinger John McLusky Ian Fleming
    Henry Gammidge
    3 octobre 1960
    1 avril 1961
    698-849
    Risico John McLusky Ian Fleming
    Henry Gammidge
    3 avril 1961
    24 juin 1961
    850-921
    From A View To A Kill John McLusky Ian Fleming
    Henry Gammidge
    25 juin 1961
    9 septembre 1961
    922-987
    For Your Eyes Only John McLusky Ian Fleming
    Henry Gammidge
    11 septembre 1+61
    9 décembre 1961
    988-1065
    Thunderball John McLusky Ian Fleming
    Henry Gammidge
    11 décembre 1961
    10 février 1962
    1066-1128
    Titre Dessinateur Auteur(s)

    Dates de parution

    Numéros de parution

    Parus dans le Daily Express
    On Her Majesty’s Secret Service John McLusky Ian Fleming
    Henry Gammidge
    29 juin 1964
    17 mai 1965
    1-274
    You Only Live Twice John McLusky Ian Fleming
    Henry Gammidge
    18 mai 1965
    8 janvier 1966
    275-475
    Titre Dessinateur Auteur(s)

    Dates de parution

    Numéros de parution

    Parus dans le Daily Express
    The Man With The Golden Gun Yaroslav Horak Ian Fleming
    Jim Lawrence
    10 janvier 1966
    10 septembre 1966
    1-209
    The Living Daylights Yaroslav Horak Ian Fleming
    Jim Lawrence
    12 septembre 1966
    12 novembre 1966
    210-263
    Octopussy Yaroslav Horak Ian Fleming
    Jim Lawrence
    14 novembre 1966
    27 mai 1967
    264-428
    The Hildebrand Rarity Yaroslav Horak Ian Fleming
    Jim Lawrence
    29 mai 1967
    16 décembre 1967
    429-602
    The Spy Who Loved Me Yaroslav Horak Ian Fleming
    Jim Lawrence
    18 décembre 1967
    3 octobre 1968
    603-815
    The Harpies Yaroslav Horak Jim Lawrence 4 octobre 1968
    23 juin 1969
    816-1037
    River Of Death Yaroslav Horak Jim Lawrence 24 juin 1969
    29 novembre 1969
    1038-1174
    Colonel Sun Yaroslav Horak Kingsley Amis
    Jim Lawrence
    1 décembre 1969
    20 août 1970
    1175-1393
    The Golden Ghost Yaroslav Horak Jim Lawrence 21 août 1970
    16 janvier 1971
    1394-1519
    Fear Face Yaroslav Horak Jim Lawrence 18 janvier 1971
    20 avril 1971
    1520-1596
    Double Jeopardy Yaroslav Horak Jim Lawrence 21 avril 1971
    28 août 1971
    1597-1708
    Star Fire Yaroslav Horak Jim Lawrence 30 août 1971
    24 décembre 1971
    1709-1809
    Trouble Spot Yaroslav Horak Jim Lawrence 28 décembre 1971
    10 juin 1972
    1810-1951
    Isle Of Condors Yaroslav Horak Jim Lawrence 12 juin 1972
    21 octobre 1972
    1952-2065
    The League Of Vampires Yaroslav Horak Jim Lawrence 25 octobre 1972
    28 février 73
    2066-2172
    Die With My Boots On Yaroslav Horak Jim Lawrence 1 mars 1973
    18 juin 1973
    2173-2256
    The Girl Machine Yaroslav Horak Jim Lawrence 19 juin 1973
    03 décembre 1973
    2257-2407
    Beware Of Butterflies Yaroslav Horak Jim Lawrence 4 décembre 1973
    11 mai 1974
    2408-2541
    The Nevsky Nude Yaroslav Horak Jim Lawrence 13 mai 1974
    21 septembre 1974
    2542-2655
    The Phoenix Project Yaroslav Horak Jim Lawrence 23 septembre 1974
    18 février 1975
    2656-2780
    The Black Ruby Caper Yaroslav Horak Jim Lawrence 19 février 1975
    15 juillet 1975
    2781-2897
    Till Death Do Us Apart Yaroslav Horak Jim Lawrence 07 juillet 1975
    14 octobre 1975
    2898-2983
    The Torch-Time Affair Yaroslav Horak Jim Lawrence 15 octobre 1975
    15 janvier 1976
    2984-3060
    Hot-Shot Yaroslav Horak Jim Lawrence 16 janvier 1976
    1 juin 1976
    3061-3178
    Nightbird Yaroslav Horak Jim Lawrence 2 juin 1976
    4 novembre 1976
    3179-3312
    Ape Of Diamonds Yaroslav Horak
    Neville Colvin
    Jim Lawrence 5 novembre 1976
    22 janvier 1977
    3313-3437
    Titre Dessinateur Auteur(s)

    Dates de parution

    Numéros de parution

    Parue dans le Sunday Express
    When The Wizard Awakes Yaroslav Horak Jim Lawrence 30 janvier 1977
    22 mai 1977
    1-54

    Les strips suivant cette série sont connus comme étant dessinés, mais jamais publié dans les journaux du Royaume Uni.

    Série 4 – Suite:

    Sea Dragon Yaroslav Horak Jim Lawrence N/A 55-192
    Death Wing Yaroslav Horak Jim Lawrence N/A 193-354
    The Xanadu Connection Yaroslav Horak Jim Lawrence N/A 355-468
    Shark Bait Yaroslav Horak Jim Lawrence N/A 469-636
    War Cloud (non terminé) Yaroslav Horak Jim Lawrence N/A 637-???
    Titre Dessinateur Auteur(s)

    Dates de parution

    Numéros de parution

    Parue dans le Daily Star
    Doomcrack Harry North Jim Lawrence 2 février 1981
    19 août 1981
    1-174
    The Paradise Plot John McLusky Jim Lawrence 20 août 1981
    4 juin 1982
    175-378
    Deathmask John McLusky Jim Lawrence 7 juin 1982
    8 février 1983
    379-552
    Flittermouse John McLusky Jim Lawrence 9 février 1983
    20 mai 1983
    553-624
    Polestar John McLusky Jim Lawrence 23 mai 1983
    15 juillet 1983
    625-719

    Les strips suivant cette série sont connus comme étant dessinés, mais jamais publié dans les journaux du Royaume Uni.

    The Scent Of Danger John McLusky Jim Lawrence N/A 720-821
    Snake Goddess Yaroslav Horak Jim Lawrence N/A 822-893
    Double Eagle Yaroslav Horak Jim Lawrence N/A 894-965

    Adapté de MI6-HQ

     

    Ce diaporama nécessite JavaScript.

    La « Rolls Royce » du strip ! (Si vous avez des problèmes d’affichage, actualisez la page).

    De 2009 à 2014, Titan Books a réédité tous ces strips (y compris ceux qui ne furent finalement pas publiés dans les journaux, sauf War Cloud) en six volumes :

    • The James Bond Omnibus: Volume 001 (septembre 2009) — Casino Royale, Live and Let Die, Moonraker, Diamonds Are Forever, From Russia with Love, Dr. No, Goldfinger, Risico, From a View to a Kill, For Your Eyes Only et Thunderball
    • The James Bond Omnibus: Volume 002 (février 2011) — On Her Majesty’s Secret Service, You Only Live Twice, The Man with the Golden Gun, The Living Daylights, Octopussy, The Hildebrand Rarity et The Spy Who Loved Me
    • The James Bond Omnibus: Volume 003 (mars 2012) — Colonel Sun, The Harpies, River of Death, The Golden Ghost, Fear Face, Double Jeopardy et Starfire
    • The James Bond Omnibus: Volume 004 (octobre 2012) — Trouble Spot, Isle of Condors, The League of Vampires, Die With My Boots On, The Girl Machine, Beware of Butterflies, The Nevsky Nude, The Phoenix Project et The Black Ruby Caper
    • The James Bond Omnibus: Volume 005 (novembre 2013) — Till Death Do Us Part, The Torch-Time Affair, Hot-Shot, Nightbird, Ape of Diamonds, When The Wizard Awakes, Sea Dragon, Death Wing et The Xanadu Connection
    • The James Bond Omnibus: Volume 006 (novembre 2014) — Shark Bait, Doomcrack, The Paradise Plot, Deathmask, Flittermouse, Polestar, The Scent Of Danger, Snake Goddess et Double Eagle

    Ces livres n’ont malheureusement pas été traduits en français. Des éditions individuelles, accompagnées par quelques mots d’introductions écrits par des acteurs qui ont travaillé sur les films d’EON, existent aussi. L’une d’elles, celle de Nightbird, inclut notamment le strip incomplet de War Cloud :

    Résumé des intrigues :

    Titre Résumé
    The Harpies Un inventeur d’un rayon de la mort est kidnappé par des femmes déguisées en oiseaux. Bond les pistes jusqu’à un concurrent et prend un poste en tant que chef de la sécurité.
    River Of Death Bond enquête sur le meurtre de plusieurs agents. Il trouve la piste d’un Dr Cat qui dirige un hôpital dans la jungle mais dont le plan est de s’emparer de l’Amérique du Sud.
    The Golden Ghost Madame Spectra veut une paix temporaire et avertit Bond d’une attaque à venir contre un nouveau type de Zeppelin. Un ancien agent de SPECTRE détourne le Zeppelin et torture Bond.
    Fear Face Un homme sans visage tue une femme. Bond découvre qu’il s’agit d’un robot radiocommandé et que son créateur est en conflit avec un baron du pétrole.
    Double Jeopardy Plusieurs personnes commettent des crimes et sont ensuite retrouvées tuées. Bond traque un assassin du SPECTRE, qui travaille avec un chirurgien plasticien qui crée des doubles.
    Star Fire Un chef de secte dit que des hommes d’affaires vont mourir par un éclair, et cela arrive. Bond découvre qu’un ingénieur d’avion mécontent a créé des jouets d’avions explosifs.
    Trouble Spot Bond et un colonel russe se disputent une boîte qu’un agent mort avait découverte, et Bond suit la piste jusqu’à la femme de l’agent.
    Isle Of Condors À la recherche d’une agent disparue, Bond découvre une femme nue. Il s’avère que les deux femmes sont des agents secrets pour un homme avec des condors entraînés à tuer.
    The League Of Vampires Après avoir échoué à sauver une journaliste d’une ligue de vampires, Bond trouve des traces qui mènent à un milliardaire qui veut tuer sa riche femme depuis que son propre argent a disparu.
    Die With My Boots On Bond libère une femme pour le conduire à quelqu’un qui à la recette d’une nouvelle super drogue ; mais quand ils sont capturés. Bond se rend compte qu’elle est une traîtresse.
    The Girl Machine Bond et une femme recherchent des informations sur des affaires pétrolières, mais sont drogués. Ils se rendent dans un pays pétrolier où un homme tue ses propres proches pour accéder au pouvoir.
    Beware Of Butterflies Bond et l’agent 00 Suzie Kew tuent un espion, mais Bond subit un lavage de cerveau par Attila pour kidnapper un scientifique. Il s’enfuit, mais a un micro implanté.
    The Nevsky Nude Un parachutiste nu et un chevalier qui brille orchestrent l’enlèvement du ministre de la Défense, dirigé par Smersh, avec l’aide d’adolescents naïfs.
    The Phoenix Project Une femme hypnotisée sabote une expérience avec une combinaison ignifugée. Bond a une piste vers le concurrent de son créateur, mais certains veulent venger l’inventeur tué.
    The Black Ruby Caper Bond fait chanter une femme pour l’aider à retrouver un artiste africain disparu, dont l’art est utilisé pour aider un nouveau pays africain à devenir indépendant de l’Occident.
    Till Death Do Us Apart Bond kidnappe une femme de son amant, qui s’avère être après ce qu’elle sait. Pour prouver que son amant l’a trahie, ils reviennent le voir.
    The Torch-Time Affair Bond sauve une femme de la noyade. Il s’avère qu’elle connaît l’homme que Bond recherche. Mais Bond se rend compte qu’elle est plus impliquée qu’elle ne le prétend.
    Hot-Shot Bond libère un agent palestinien. Ensemble, ils traquent le méchant propriétaire de tigre qui fait s’écraser des avions, et qui s’avère être le Dr No.
    Nightbird Une star de cinéma est kidnappée par des ce qui ressemble à des extraterrestres dans un oiseau géant. Plusieurs autres attaques se produisent. Bond suit la trace via le monde du cinéma en Grèce et à New York.
    Ape Of Diamonds Un gorille entraîné kidnappe un baron du pétrole. Bond découvre qu’un M. Ramses menace de faire chuter le marché boursier du Royaume-Uni s’il n’obtient pas les joyaux de la couronne.
    When The Wizard Awakes Bond trouve un sorcier mort vivant, ce qui le conduit à la recherche d’une couronne. Le frère du sorcier veut vendre la couronne aux Russes.
    Sea Dragon Trois chefs d’entreprise sont tués. Bond protège un héritier d’un groupe de femmes qui ont un sous-marin en forme de dragon de mer.
    Death Wing Un méchant se déplace à une vitesse incroyable à l’aide d’une nouvelle fusée. Bond traque la fusée jusqu’à un chef de la mafia qui envisage d’attaquer un ancien partenaire commercial.
    The Xanadu Connection Un agent libéré dit à Bond que le KGB va kidnapper la femme d’un autre agent pour atteindre cet agent. Bond est envoyé pour trouver la cible, mais découvre que la femme est une traîtresse.
    Shark Bait Après une lutte sous l’eau, Bond amène son ennemie, une agente du KGB, en Australie où il essaie de gagner sa confiance. L’agent féminin du KGB dit à Bond qu’un requin a mangé un ordinateur important. Durant la chasse au requin, Bond rencontre à nouveau les Russes.
    War Cloud ?
    Doomcrack Bond stop un détournement et sauve une femme qui peut le conduire à l’inventeur d’une arme, mais elle est volée par Madame Spectra. Bond perd son emploi et commence à travailler temporairement pour SPECTRE.
    The Paradise Plot Deux enfants d’hommes d’affaires sont tués dans des accidents. Bond suis la piste à une une secte, les Enfants des étoiles, mais est empoisonné. Bond recherche le Père Star qui veut le recruter pour le Projet Polaris, pour convertir tout le monde sur Terre à son culte. Le père Star force Bond à kidnapper un ministre britannique, mais Bond s’échappe avec le ministre.
    Deathmask Bond enquête sur des agents avec la tête enflée. Il trouve un pendentif qui le mène à une grotte sous-marine avec une sentinelle robotique, qui appartient à un milliardaire défiguré. Bond convainc le milliardaire de l’embaucher. Il s’avère qu’il possède un avion robot qui propagera un virus qui défigurera tout le monde.
    Flittermouse Deux personnes sont tuées dans des conditions apparemment impossibles. Bond découvre que le Dr Cat a entraîné des chauves-souris vampires pour traquer les éclaboussures de sang.
    Polestar Bond recherche un milliardaire canadien qui a tué un agent près du pôle Nord, où il envoie également des missiles aux superpuissances pour les faire chanter.
    The Scent Of Danger Bond traque des danseurs qui sont de vrais espions avec une drogue parfumée. C’est Madame Spectra qui compte rendre l’Occident accro à la drogue via un missile.
    Snake Goddess Plusieurs personnalités sont tuées par des serpents. M soupçonne une chanteuse qui utilise des serpents. En réalité, c’est un homme d’affaires sri-lankais qui utilise un serpent géant mécanique pour obtenir du pouvoir en Asie.
    Double Eagle Un ingénieur kidnappé prend la fuite. Bond est chargé de le protéger mais échoue. Les indices mènent aux forces allemandes de l’Est et de l’Ouest qui collaborent pour faire sauter le mur de Berlin.

    Adapté de Lennart Guldbrandsson

    Le saviez-vous ?

    Il était prévu que les romans Opération Brise-glace (Icebreaker) et Une question d’honneur (Role of Honor) de John Gardner soient adaptés en comic strips mais ces adaptations n’ont jamais été publiés, ni par les journaux, ni par Titan. En voici les deux seules images connues :

    Les principaux artistes

    20John McLusky

    Né en 1923 à Glasgow et décédé en 2006, il est le premier dessinateur à avoir adapté James Bond en Strips. Il a ainsi réalisé 13 histoires de 1958 à 1966, puis 4 de 1982 à 1983. Le succès foudroyant du démarrage des Strips outre-Manche doit beaucoup à la qualité de son dessin.

    21Yaroslav Horak

    Né en 1927 de parents russes et Tchécoslovaque, installé à Londres puis en Australie, il est le second dessinateur des Strips de James Bond de 1966 à 1984. Il a travaillé sur 33 histoires. Par son trait incisif, il a vraiment su donner tout son caractère au James Bond des Strips.

     
     
     
     
     

    À suivre dans l’onglet à côté : les Strips en France
  • Made in France

    Par Alain Bonny

    Certains Strips anglo-saxons ont été repris en France, mais pas tous. Seules quelques histoires sont sorties dans des journaux ou revues entre 1964 et 1971, et notamment dans le Courrier de l’Ouest, le Parisien Libéré et le quotidien à fort tirage de l’époque, France Soir (voir liste ci-dessous).

    mcclusky-bond

    • Au Service Secret de Sa Majesté : du 17 octobre 1964 (1) au 16 juillet 1965 (233)
    • Opération Tonnerre : du 15 octobre 1965 (1) au 23 décembre 1965 (62)
    • Risico : du 24 décembre 1965 (63) au 17 mars 1966 (134)
    • Top Secret : du 18 mars 1966 (135) au 31 mai 1966 (197)
    • Vivre et Laisser Mourir : du 1 juin 1966 (198) au 7 septembre 1966 (282)
    • Les diamants sont éternels : du 8 septembre 1966 (283) au 24 février 1967 (428)
    • Bons Baisers de Russie : du 25 février 1967 (429) au 16 juin 1967 (522)
    • Dr No : du 17 juin 1967 (523) au 28 octobre 1967 (637)
    • On Ne Vit Que Deux Fois : du 29 octobre 1967 (638) au 21 juin 1968 (829 pour moitié)
    • L’Homme Au Pistolet d’Or : du 21 juin 1968 (829 pour moitié) au 16 février 1969 (1034)
    • Octopussy : du 18 février 1969 (1035) au 31 août 1969 (1199)
    • Le Spécimen Rare de Hildebrand : du 2 septembre 1969 (1200) au 1er mars 1970 (1355)
    • Motel 007 : du 3 mars 1970 (1356) au 22 octobre 1970 (1553)
    • Colonel Sun : du 23 octobre 1970 (1554) au 24 avril 1971 (1731)

     

    En fonction de l’actualité des romans ou des films, la diffusion des Strips était parfois suspendue. Ainsi, après avoir terminé la parution en BD de « Au Service Secret de Sa Majesté », le journal France Soir édita le roman « L’Homme au pistolet d’or » entre le 10 juillet 1965 et le 12 septembre 1965. Les Strips reprirent ensuite.

    021

    Les Strips éditées dans les quotidiens français (près de 2000 bandes au total !) ne suivent pas toujours l’ordre chronologique des livres.

    Pourtant, une revue Franco-Belge nommée Music Magazine, avait dès 1964, et avant les journaux français, commencé une diffusion de Strips, suivant l’ordre chronologique de Fleming : « Casino Royale », du n° 3 de mars 1964 au n° 9 de septembre 1964 ; « Question de vie ou de Mort », du n° 10 d’octobre 1964 au n° 3 de mars 1965, puis « La fusée Moonraker », à partir du n° 4 d’avril 1965.

    05

    À chaque numéro, cette revue consacrait quatre ou cinq pleines pages aux strips de James Bond. Ceux de « Casino Royale » et « Moonraker » n’ont été édités en français que par cette revue. Pour ce que j’en sais, ce magazine disparut hélas en 1965, mettant ainsi un terme à cette diffusion.

    06Il faut ensuite attendre novembre 1988 pour voir l’éditeur Gilou-Glénat mettre en vente le Volume 1 de ce qui devait au départ être une collection « STARS & STRIPS » (à la manière de ce que Titan Book a réalisé plus récemment outre-Manche). Ce livre de 108 pages, d’une qualité remarquable, avec des dessins superbes de Yaroslav Horak, présente « L’homme au pistolet d’or » et « Tuer n’est pas jouer ». Bien que n’ayant été tirés qu’à 4.080 copies, très peu d’exemplaires se sont vendus. Cela sonna hélas le glas de cette superbe collection.

    07

    Peu de temps après, du 1er novembre 1989 au 1er mars 1990, le mensuel « ATEMI », appartenant au groupe « Mon journal », a à son tour édité des Strips. Ceux-ci n’avaient jamais été publiés auparavant en langue française. Les histoires font bien partie des strips parues précédemment en Grande-Bretagne, mais concernent des aventures dont Ian Fleming n’est plus le père.

    Nous trouvons dans cette série : Atemi 266 « Jusqu’à la mort » (« Till death us do part ») sur des textes de Lawrence et des dessins de Horak paru le 1er novembre 1989 ; Atemi 267 « Attention au piège » (suite de « Till death us do part ») paru le 1er décembre 1989 ; Atemi 268 « L’inconnue de la plage » (fin de « Till death us do part » et du début de « The torch-time affair ») paru le 1er janvier 1990 ; Atemi 269 « Le temps de la torche » (suite de « The torch-time affair ») le 1er février 1990.

    Le dernier numéro (270) d’ATEMI fut « Un coup fumant » (suite de « The torch-time affair ») le 1er mars 1990. L’histoire fut interrompue à cette date. Ces différents numéros d’ATEMI se retrouvent également dans des Albums édités par « Mon Journal » et regroupant, au début, les numéros de façon cohérente : ainsi l’Album ATEMI n° 71 regroupe les numéros d’ATEMI individuels n°265 (sans James Bond) à 267 et l’Album ATEMI n° 72 contient les n° 268 à 270. On peut aussi trouver les numéros intéressants (266 à 270) dans les Albums suivants, mais ceci de façon totalement aléatoire.

    Le seul but pour l’éditeur était alors d’épuiser les invendus. On peut donc trouver des mêmes numéros d’Album avec des contenus tout à fait différents… dont des numéros autres qu’ATEMI (Tipi, Sunny Sun, …)

    À suivre dans l’onglet à côté : les bandes dessinées James Bond
  •  

    Après le succès des films et des strips, un certain nombre de comics sont sortis. Si les premiers reprenaient les scénarios des films (tout en les abrégeant), Bond a connu son essor en bandes dessinées dans les années 1990 avec des histoires originales. Après un hiatus de près de vingt ans depuis 1996, Dynamite Entertainment a commencé à faire revivre 007 sous la forme de BD en 2015.

    Malheureusement, les comics de James Bond ont du mal à surpasser la qualité des strips, peut-être cela est-ce dû à leurs scénarios, qui pour la plupart, incluent des technologies ou modifications du corps humain trop futuristes ou trop irréaliste ?

    Les comics en langue anglaise et française

    Doctor No (Classics Illustrated, 1962)

    Dr No comics (1)

    Dr. No, premier film de la franchise EON, a le droit à son adaptation en bande dessinée dès décembre 1962 par Classics Illustrated (numéro 158A, comics non traduit en français). L’histoire reprend fidèlement celle du film (vous ne verrez toutefois pas le personnage de Sylvia Trench) et est illustrée par Norman J. Nodel.

    Lorsqu’il est publié aux États-Unis par DC Comics (Batman, Superman, Green Lantern, etc…) en 1963, le comics est édité/censuré de manière à supprimer toutes les remarques racistes et se voit notamment doter d’une nouvelle couverture et d’une galerie photo du film.

    Ce diaporama nécessite JavaScript.

    For Your Eyes Only (Marvel, 1981)

    moore feyo

    Après un long hiatus de près de vingt ans, James Bond revient sous la forme de comics pour une adaptation du film Rien que vous yeux. Écrit par Larry Hama et illustré par Howard Chaykin, Vince Coletta et Janice Chiang, il s’agit de la première bande dessinée bondienne de Marvel (Hulk, Thor, X-men, Spider-man, etc…).

    For Your Eyes Only a d’abord été publié en deux parties avant d’être plus tard réédité en une seule. Après le comics, quatorze pages sont consacrées à un dossier making-of du film illustré d’images. Le comics a été traduit en français par Dynamisme Presse.

    Ce diaporama nécessite JavaScript.

    Octopussy (Marvel, 1983)

    octo

    Après Rien que vous yeux, Marvel s’attaque au Bond suivant : Octopussy. Cette fois c’est l’auteur Steve Moore qui est chargé d’écrire le comics et l’illustrateur Paul Neary qui fournit les dessins. Après la bande dessinée, une dizaine de pages sont consacrée à un dossier making-of du film illustré d’images.

    Ce diaporama nécessite JavaScript.

    Les comics de PlayValue (1985-1987)

    PlayValue Books, une division de la maison d’édition Grosset & Dunlap, a publié entre 1985 et 1987 deux comics originaux James Bond : Blackclaw’s Doomsday Plot et Storm Bringer. Bien que quatre comics aient été annoncés, les deux restants (Operation Big Brain et Target: 007) n’ont jamais été publiés.

    Ce diaporama nécessite JavaScript.

    Licence to Kill (Eclipse, 1989)

    strip_grell

    À l’occasion de la sortie du film Licence To Kill en 1989, Eclipse sort une bande dessine du même nom, écrite par Richard Ashford et dessiné par Mike Grell. Celle-ci a été traduite en français aux éditions Loempia, collection « Himalaya ».

    Bien que ce comics reprenne l’histoire du film, le Bond des dessins n’est pas Timothy Dalton ; il se dit que l’acteur aurait refusé que son physique soit utilisé.

    Ce diaporama nécessite JavaScript.

    Permission to Die (Eclipse, 1989-1991)

    bond_grell

    De 1989 à 1991, Mike Grell, qui s’était déjà attelé à Permis de tuer, dessine et écrit Permission to Die (comics non traduit en français). Dans cette histoire, divisé en trois volumes, M donne pour mission à 007 de pénétrer derrière le rideau de fer pour trouver Edaine Gayla. Edaine est la nièce d’un scientifique qui a immigré aux États-Unis, le docteur Erik Wiziadio. Celui-ci vient d’inventer un système permettant de lancer des satellites en orbite pour un moindre coût, et il a promis aux Anglais de leur donner sa nouvelle technologie s’ils ramènent Gayla à l’Ouest…

    Pour le personnage de James Bond, Mike Grell s’inspire directement du chanteur Hoagy Carmichael. L’histoire fait notamment figurer la fille de Kerim Bey ainsi qu’une scène inspirée des romans de John Gardner où Bond reçoit une nouvelle arme de service : un ASP 9mm avec des balles Glaser Safety Slug.

    Ce diaporama nécessite JavaScript.

    Serpent’s Tooth (Dark Horse, 1992-1993)

    Serpent

    Serpent’s Tooth est une bande dessinée sortie en trois volumes d’août 1992 à février 1993 (elle sera regroupée en un seul volume en 1994) ; il s’agit donc du premier comics bondien (hors Junior) post guerre froide. Nous retrouvons Doug Moench à l’écriture et Paul Gulacy et Steve Oliff pour les illustrations. En France, cette aventure de James bond est sortie sous le titre La dent du serpent aux éditions Dark Horse France.

    Qui enlève des jeunes femmes en pleine jungle amazonienne ? Qui a détourné les missiles nucléaires d’un sous-marin britannique, capturé des scientifiques, et détruit une base militaire dans l’antarctique ? Les services secrets de Sa Majesté sont sur les dents et James Bond reprend du service. Cette fois il est envoyé au Pérou où il devra affronter le mystérieux Indigo : un homme-reptile dont les activités de biogénétique industrielle servent de couverture à un projet effrayant… Il pourra toutefois compter sur l’aide la belle Sunny Vasquez et Enrique Cruzado.

    Et pour ce comics, l’écrivain Doug Moench s’est lâché ! Sans un doute un peu trop puisque Bond affrontera des soucoupes volantes et même un dinosaure dans la base du méchant qui est d’ailleurs abracadabrantesque !

    Ce diaporama nécessite JavaScript.

    Éditions françaises :

    Ce diaporama nécessite JavaScript.

    A Silent Armageddon (Dark Horse, 1993)

    ASA

    Dans A Silent Armageddon (comics non traduit en français), Bond affronte pour la première fois l’organisation criminelle Cerberus. L’auteur de la bande dessinée, Simon Jowett, avait à l’origine prévu d’avoir le SPECTRE mais Glidrose a refusé ; c’est ainsi que Cerberus est née. Dessiné par John M. Burns, cette série devait comporter quatre volumes : les deux premiers ont été publiés en mars et avril 1993. Cependant les deux derniers derniers volumes n’ont jamais été publiés, laissant cette aventure de James Bond incomplète. Dark Horse a en effet décidé d’annuler cette série car les dessins du troisième volume sont arrivés six mois après la date de publication prévue (août 1993) et le quatrième volume (prévue pour octobre 1993) ne fut jamais terminé. L’artiste avait un emploi du temps chargé et a voulu stopper lorsque l’histoire sortait de sa zone de confort en se dirigeant vers l’univers des ordinateurs.

    Le synopsis est le suivant : Cerberus est prêt à tuer n’importe qui pour mettre la main sur Omega, un programme d’ordinateur qui a une conscience. Bond doit cependant jouer la babysiter d’une fille de treize ans, développeuse informatique de génie, que Cerberus a essayé d’enlever ou tuer.

    Ce diaporama nécessite JavaScript.

    Dans le troisième volume, Terri aurait dû choisir entre Bond et la Dr. Jessica Penrose (la traitresse qui travaille pour Cerberus). Après avoir choisi 007 et confirmé à ce dernier que le programme informatique Omega a une conscience, Bond et Terri se rendent en Europe. Alors qu’ailleurs Omega démontre son dangereux potentiel par le biais d’interférences avec des guichets automatiques, équipements hospitaliers et l’ouverture de cellules de prison, Terri dit à Bond qu’elle est en train de créer un virus informatique pour détruire Omega. Erik Klebb essaye de tuer Bond à Berlin mais échoue.

    Dans le troisième volume, alors que Omega devait créer plus de panique dans le monde, Bond (aidé de mercenaires) attaque le QG Hong Kongais de Cerberus situé pas loin du lieu de naissance de Terri Li. Depuis le superordinateur de la base de Cerberus, Bond et Terri entrent dans le « cyberspace » où se trouve également Penrose (et Omega). Bond meurt dans le monde virtuel, il en est déconnecté. Terri active son virus et ils fuient le complexe qui est alors en cours de destruction. Le monde sauvé, Terri retourne a Oxford, Bond sais qu’elle va lui manquer. À la fin on apprend que Terri n’a pas détruit Omega (dont elle est en quelque sorte amoureuse) : elle l’a secrètement confiné dans son ordinateur portable.

    L’intrigue complète de Simon Jowett des quatre parties (ainsi que quelques dessins non terminés) est trouvable dans le livre The Lost Adventures of James Bond de Mark Edlitz.

    Light of My Death (Dark Horse, 1993)

    LOMD-4-6

    Light of My Death est un mini-comics (non traduit en français) publié en quatre volumes (contenant chacun six pages du comics). Écrit par Das Petrou et illustré par John Watkiss, cette aventure se déroule dans les années 1960 : un membre du Secret Service a été assassiné dans les Alpes françaises et M charge Bond de l’enquête. Pendant celle-ci, 007 va croiser la route de Tatiana Romanova…

    Ce diaporama nécessite JavaScript.

    Das Petrou devait écrire une suite (en 4 volumes de 24 ou 30 pages) mais Dark Horse a perdu les droits sur Bond avant que le projet ne soit concrétisé. Dans celle-ci, qui aurait également eu pour titre Light of My Death, Bond devait enquêter sur la mort d’un journaliste qui se renseignait sur des oeuvres d’arts volés par les Nazi durant la Seconde Guerre mondiale. L’histoire, se déroulant dans les années 60, aurait compris un ex-nazi voulant envahir Cuba et vu le retour de M. Amos.

    Shattered Helix (Dark Horse, 1994)

    Helix

    Shattered Helix (non traduit en français) a été publié en deux volumes en juin et juillet 1994. Écrite par Simon Jowett et illustrée par David Jackson et David Lloyd, cette histoire confronte de nouveau Bond à Cerberus (pour la dernière fois). Cette fois l’organisation criminelle tente de mettre la main sur un gaz mortel enfui dans une base secrète américaine abandonné dans l’Antarctique. Bond se joint à un groupe de militaire et la fille d’un célèbre explorateur, Serena Mountjoy, pour une expédition au pôle Sud qui se transforme en course contre le temps…

    Ce diaporama nécessite JavaScript.

    Simon Jowett avait également développé deux histoires pour des comics Bond qui ne se sont pas concrétisé. La première, A Deadly Prodigal (en 4 parties), devait attribuer pour mission à Bond de protéger un dictateur d’Europe de l’Est, Konstantin Kolovsky, actuellement en visite diplomatique au Royaume-Uni. Toutefois un ancien agent 00 et ami de Bond, William « Bill » Sinclair, qui a été très affecté par les atrocités qui se sont passées lors du putsch de Kolovsky veut assassiner ce dernier. A la fin de l’histoire Sinclair est présumé mort, bien que Bond n’y croit pas de trop. (L’intrigue complète de A Deadly Prodigal est trouvable dans le livre The Lost Adventures of James Bond de Mark Edlitz).

    Après cela, Jowett avait développé une autre histoire en 6 parties dans laquelle Bond se battait aux côtés de l’ancien 00 Sinclair pour contrer Cerberus qui aurait eu pour plan de s’emparer de tout un pays.

    Minute of Midnight (Dark Horse, 1994)

    Mom

    Minute of Midnight est une courte aventure de James Bond (24 pages) écrite par Doug Moench et illustrée par Russ Heath ; elle est sortie en septembre 1994. 007 doit déjouer les plans d’un conglomérat de terroriste menaçant des centrales nucléaires et doit pour cela se rendre des États-Unis à l’Angleterre avec une valise attachée à son poigné.

    Il s’agit de l’avant-dernière bande dessinée bondienne publiée par Dark Horse, Topps Comics allant reprendre la licence de Bond. Pourtant il est assez est clair que l’histoire de Moench était initialement conçue pour être un autre série de Dark Horse. Monench a confirmer que l’histoire devait être plus longue : les villains devaient réussir à caputurer M et 007 aurait alors dû le sauver. En raison de la perte imminente des droits sur 007, la bande dessinée aurait été réduite à la va-vite d’une histoire en trois parties à une seule. Le résultat donne une histoire sans conclusion.

    Ce diaporama nécessite JavaScript.

    The Quasimodo Gambit (Dark Horse, 1995)

    Quasimodo

    The Quasimodo Gambit (non traduit en français) est le dernier comics bondien édité par Dark Horse. Divisé en trois volumes, l’histoire signée Don McGregor amène Bond en Jamaïque où il a pour mission de stopper un trafiquant d’arme avec l’aide de la belle Nebula Valentine. Cependant James Bond va intéresser aux clients du trafiquant et découvrir qu’un groupe de fanatiques religieux chrétien a acquis des explosifs C4 et qu’ils comptent pulvériser quelqu’un, ou quelque chose, surnommé « The Beast » (la bête) au nom de Dieu.

    Il est donc à noter qu’il s’agit de l’un des rares comics originaux Bond qui ne font pas figurer de la technologie ou des modifications génétiques futuristes ou impossibles (contrairement à ce que veulent nous faire croire les couvertures). Don McGregor ponctue son histoire avec quelques références aux romans de Fleming bien vues et une scène de torture réussite et frissonnante ; du coup cela en est presque dommage que les illustrations signées Gary Caldwell soient d’une qualité inégale…

    Ce diaporama nécessite JavaScript.

    GoldenEye (Topps, 1996)

    Goldeneye

    Le premier Bond de Brosnan a eu le droit à une adaptation graphique… ou du moins partiellement. Écrit par Don McGregor et illustré par Claude St. Aubin et Rick Macgyar, seul un des trois volumes de prévu est sortie (et il n’a jamais été traduit en français) ! Selon la rumeur le second volume fut délayé à cause de sa couverture jugée un peu trop osée, et ultimement, Topps (l’éditeur) a choisi d’annuler cette série. Du coup le comics GoldenEye se termine au moment où Boris hack le ministère de la Justice américain depuis Severnaya…

    Ce diaporama nécessite JavaScript.

    Pourtant le second et le troisième volume ont bel et bien été écrits et dessinés (sans les couleurs) mais n’ont jamais été terminés et commercialisés (voir ici). Ils sont aujourd’hui l’objet des collectionneurs, en voici quelques extraits rien que vos yeux :

    Ce diaporama nécessite JavaScript.

    Topps devait aussi lancer une autre série de James Bond après l’annulation de GoldenEye, mais celle-ci n’a jamais vu le jour.

    SilverFin (Puffin Books, 2008)

    silverfin_young_bond_crop2

    Opération SilverFin (SilverFin), sorti en 2005, est le tout premier roman de la série La Jeunesse de James Bond (Young Bond). Celui-ci a fait une l’objet d’une adaptation graphique sur plus de 150 pages en 2008 par l’illustrateur habituel des Young Bond, Kev Walker, et l’écrivain Charlie Higson (qui est l’auteur du roman). Sortie chez Puffin Books en Angleterre, cette adaptation graphique a été traduite en français sous le titre de James Bond les origines : Silverfin aux éditions Casterman (2009).

    L’histoire repend fidèlement celle du roman : 1933, avant de devenir l’espion mondialement connu, James Bond fut un garçon de treize ans comme les autres. Après la mort de ses parents dans un accident de montagne, il intègre le prestigieux collège d’Eton où il devient l’ennemi juré de George Hellebore, un jeune Américain arrogant dont le père, richissime marchand d’armes, est fasciné par la science. De retour en Écosse, chez sa tante et son oncle, pour les vacances, James fait la connaissance de Kelly, un gamin débrouillard à la recherche de son cousin qui a mystérieusement disparu près du sinistre château de lord Hellebore, le père de George…

    Ce diaporama nécessite JavaScript.

    VARGR (Dynamite, 2015-2016)

    bond_masters_1

    Plus récemment, c’est Dynamite Comics qui a commencé une nouvelle série de comics avec des aventures originales de Bond. La première, nommée VARGR, est écrite par Warren Ellis et est illustrée par Jason Masters et Guy Major. VARGR fut publié sous la forme de six volumes de novembre 2015 à avril 2016 avant d’être réuni dans un seul volume (juillet 2016) ; cette aventure a été traduite en français aux éditions Delcourt.

    James Bond est de retour à Londres après une mission teintée de vengeance à Helsinki, afin de reprendre une affaire qui a laissé un autre agent 00 sur le carreau. Quelque chose de terrible en train de se produire dans les rues de la capitale britannique va entraîner Bond à Berlin. Pris au piège, isolé, il va devoir percer le secret qui entoure quelqu’un, ou quelque chose, baptisé VARGR…

    Ce diaporama nécessite JavaScript.

    Eidolon (Dynamite, 2016)

    eildolon

    Le trio Warren Ellis, Jason Masters et Guy Major reprend du service pour Eidolon, série en six volumes (juin à décembre 2016) qui marque l’arrivée du SPECTRE dans l’univers des comics. Cette aventure a été réunie en un seul volume en mars 2017 et traduite en français aux éditions Delcourt en avril 2017.

    James Bond est pris au piège à Los Angeles avec une agent du MI6 dont la couverture a été grillée tandis que, au Royaume-Uni, des tensions se font sentir entre le MI5 et le MI6. Alors que l’on essaye de les tuer, Eidolon, une cellule stay-behind de SPECTRE visant à faire renaître l’organisation, semble s’être réveillé…

    Eidolon : la critique de CJB

    Ce diaporama nécessite JavaScript.

    Hammerhead (Dynamite, 2016-2017)

    Hammerhead Bond 2

    Hammerhead se déroule avant la série écrite par Warren Ellis (VARGR et Eidolon). Il se compose de six volumes écrits par Andy Diggle et illustrés par Luca Casalanguida et Chris Blythe, publiés du 12 octobre 2016 au 29 mars 2017. Cette aventure a été réunie en un seul volume le 3 mai 2017 et a été traduite en français aux éditions Delcourt le 28 mars 2018.

    Kraken, un anticapitaliste radical, semble s’en prendre à une firme d’armement qui est chargée de mettre à jour l’arsenal nucléaire de la Grande-Bretagne. 007 va devoir découvrir l’identité de Kraken et l’arrêter avant que ne se produise une catastrophe…

    Ce diaporama nécessite JavaScript.

    Black Box (Dynamite, 2017)

    Écrite par Benjamin Percy et illustrée par Rapha Lobosco et Chris O’Halloran, cette aventure a originellement été publiée sous la forme de six volumes du 1er mars au 2 août 2017. Elle sera réunie en un seul volume le 24 octobre 2017. L’aventure a été traduite en français aux éditions Delcourt le 9 mai 2019.

    Dans Black Box, 007 a pour nouvelle mission d’enquêter sur un vol de données informatiques qui a touché les organisations gouvernementales et militaires du Royaume-Uni et d’autres pays. La piste mène à une personne qui a des liens avec des Yakuzas au Japon, Saga Genji. Alors que Bond doit récupérer les données volées, il enquête en parallèle sur une mystérieuse assassine rousse dont il vient de croiser le chemin dans les Alpes françaises…

    Ce diaporama nécessite JavaScript.

    Service (Dynamite, 2017)

    Service 6

    Sortie le 24 mai 2017, Service est un comics de Dynamite de 38 pages écrit par Kieron Gillen et dessiné par Antonio Fuso et Chris O’Halloran.

    Dans la politique contemporaine, où la position mondiale de la Grande-Bretagne contient souvent plus de zéros que dans 007, le secrétaire d’État des États-Unis décide de mettre fin à la « relation spéciale » qui lie le Royaume-Uni aux États-Unis. Cela n’est toutefois pas du goût de tout le monde et James Bond se retrouve à devoir empêcher une éventuelle tentative assassinat sur le secrétaire d’État…

    Ce diaporama nécessite JavaScript.

    Kill Chain (Dynamite, 2017)

    Dynamite a publié Kill Chain en six parties du 19 juin au 27 décembre 2017, par la team déjà responsable de Hammerhead : Andy Diggle (écriture), Luca Casalanguida (dessins) et Chris Blythe (couleurs). L’aventure a été traduite en français aux éditions Delcourt le 4 juillet 2018 (en un seul volume).

    Lorsqu’une opération de contre-espionnage à Rotterdam tourne de manière catastrophique, James Bond se retrouve dans les sillons d’un complot visant à écraser l’OTAN. Quelqu’un assassine des agents alliés et 007 est la prochaine cible dans cette chaîne de meurtre. D’un autre côté, le MI6 va s’opposer à l’un de ses anciens alliés : la CIA…

    Ce diaporama nécessite JavaScript.

    Solstice (Dynamite, 2017)

    Sortie le 22 novembre 2017 en un seul volume de 30 pages, Solstice est écrit par Ibrahim Moustafa. Les illustrations sont signées Moustafa lui-même et Jordan Boyd aux couleurs.

    Dans ce comics, James Bond est envoyé à Paris sur une mission non-officielle par M : un ancien membre du FSB, Anatoly Zima, a séduit une femme qui est une proche d’une personne travaillant au MI6. 007 doit tuer Zima afin qu’il ne puisse pas compromettre pas cette personne…

    Ce diaporama nécessite JavaScript.

    The Body (Dynamite, 2018)

    The Body est un comics en six parties écrites par Aleš Kot publiées du 17 janvier au 20 juin 2018. Chaque partie est illustrée par un dessinateur différent : Luca Casalanguida (partie 1 et 6), Antonio Fuso (partie 2), Rapha Lobosco (partie 3), Eoin Marron (partie 4) et Hayden Sherman (partie 5).

    Ce diaporama nécessite JavaScript.

    Casino Royale (Dynamite, 2018)

    Adaptation très fidèle du roman éponyme « écrite » par Van Jansen, basée sur l’œuvre de Ian Fleming. À l’origine le comics devait être illustré par Matthew Southworth mais ce dernier a quitté le projet pour cause de « différences créatives » avec Dynamite ; c’est finalement Denis Calero qui signe les dessins de Casino Royale tandis que Chris O’Halloran supervise les couleurs. Casino Royale est sortie en un seul volume de 171 pages le 11 avril 2018. L’aventure a été traduite en français aux éditions Delcourt le 4 novembre 2020.

    Le Chiffre, un agent soviétique, investit en douce l’argent que ses employeurs lui ont confié dans une chaîne de bordels français. Il espère ainsi faire fructifier les fonds, mais manque de chance pour lui, la loi Marthe Richard est votée environ trois mois plus tard. Celle-ci a pour but de faire fermer les maisons closes et de renforcer la lutte contre le proxénétisme, ce qui réduit à néant la valeur des investissements du Chiffre. Potentiellement de peur que le SMERSH (organisation soviétique chargée d’éliminer les traîtres et les espions) lui règle son compte, Le Chiffre se rend au casino de Royale-les-Eaux en France pour essayer de récupérer de l’argent lors d’une grosse partie de baccara. James Bond a pour mission de le battre à la table de jeu…

    Ce diaporama nécessite JavaScript.

    James Bond Origin (Dynamite, 2018-2019)

    Cette série en 12 parties (publiés du du 5 septembre 2018 au 14 août 2019) montre aux lecteurs les aventures de James Bond durant la Seconde Guerre mondiale. L’écriture est assurée par Jeff Parker tandis les illustrations sont assurées par Bob Q (partie 1 à 6 et A Train To Catch) et Ibrahim Moustafa (parties 7 à 12).

    Arcs narratifs Parties Synopsis
    / 1 1941, Bond est âgé de 17 ans et un étudiant agité en Écosse et qui est impatient de faire sa marque sur le monde. Cependant, une visite d’un vieil ami de la famille coïncidera avec le dévastateur Blitz sur Clydebank, forçant James à se battre pour survivre.
    The Debt 2 Bond a décidé de s’engager, il est temps pour lui de suivre en entraînement militaires et aux techniques d’espionnages.
    Rocket Sea 3 à 5 Bond se trouve à bord d’un sous-marin qui se voit attaqué par la Kriegsmarine.
    A Train To Catch / Dynamite Entertainment et Ian Fleming Publications ont également publié un court comics stand-alone de six pages s’inscrivant dans la série « Origin ». Les fans peuvent le découvrir exclusivement dans le numéro de novembre/décembre 2018 du magazine Playboy (USA) qui fut publié le 18 octobre 2018. En décembre 2018, Playboy publie gratuitement et en intégralité ce mini-comics sur son site à cette adresse. L’aventure a plus tard été incluse dans le receuil volume 1 d’Origin.
    A Train To Catch nous montre un James Bond qui est déposé au large de la Belgique pour aider une cellule de la Résistance à se débarrassé d’un train d’approvisionnement important pour les nazis.
    Izabel 6 À Lisbonne, Bond doit mettre la main sur un scientifique allemands qui veut faire défection. Ce-dernier étant recherché par les allemands, Bond pourra compté sur l’aide d’Izabel, une habitante du coin qui n’aime pas les Nazis.
    Russian Ruse 7 à 9 James Bond sert sur un navire de guerre de Sa Majestée, le HMS Boudica, qui vogue sur la mer de Barents. Bientôt son bateau va répondre à l’appel de détresse d’un navire Russe, ignorant que l’équipage de celui-ci vient juste de tuer celui d’un autre navire afin de voler de l’or destiné à la Norvège. Bond va découvrir le poteau rose mais son supérieur n’en croira pas un mot, il va s’infiltrer seul à bord du bateau Russe avant d’etre découvert et capturé.
    The Debt 10 à 12 Bond enquête sur la mort du Lieutenant Commander Weldon ; la piste va le mener dans le milieu du marché noir et des jeux de cartes.

    Ce diaporama nécessite JavaScript.

    Peu après Origin, une nouvelle série en six parties écrite par Jeff Parker et déssinée par Rahsan Ekedal, James Bond: 1942, devait ammener Bond en Afrique du Nord. Elle fut annulée.

    James Bond 007 (Dynamite, 2018-2019)

    Cette nouvelle série en 12 épisodes (publiés du 7 novembre 2018 au 31 octobre 2019) écrite par Greg Pak commence alors que l’agent 007 traque un contrebandier à Singapour pour sécuriser une valise au contenu mystérieux. Mais il n’est pas le seul à vouloir cette valise qui a un lien avec une organisation terroriste nommée ORU : un mystérieux coréen la veut aussi, pour des raisons très différentes.

    Ce Coréen n’est autre que John Lee (un nouveau « Oddjob ») et derrière ce comics se cache en réalité tout un remake modernisé du roman/film Goldfinger ! Les dessins sont assurés par Marc Laming (parties 1 à 3) puis Stephen Mooney (parties 4 à 6), Eric Gapstur (parties 7 à 9) et Robert Carey (parties 9 à 12). Les couleurs sont quant à elles signées Triona Farrel et Roshan Kurichiyanil.

    Ce comics sera réuni en deux volumes (VO) publiés le 17 décembre 2019 et 21 janvier 2020.

    Ce diaporama nécessite JavaScript.

    Big Things / James Bond (Dynamite, 2019-2020)

    Du 4 décembre 2019 au 18 juillet 2020 Dynamite publie une série en six numéros sobrement intitulée James Bond, écrite par Vita Ayala & Danny Lore. Quatre illustrateurs (Eric Gaspur, Erica D’Urso, Brent Peeples, Marco Renna) et deux coloristes (Roshan Kurichiyanil, Rebecca Nalty) se partagent cette BD.

    Quand un précieux tableau s’avère être volé et remplacé par un faux : Brandy Keys, experte en art et enquêtrice pour une compagnie d’assurance, se retrouve à devoir mener une investigation. Bientôt son enquête la mènera à croiser la route d’un certain James Bond qui enquête sur une affaire de chantage. Alors qu’ils travaillent sur la même affaire depuis un angle différent, ils devront faire équipe pour découvrir qui se cache derrière tout cela. Le comics marque le retour d’un méchant des romans de Ian Fleming : M. Big.

    Ce comics sera réuni en un seul volume (VO) sous le titre de Big Things, le 29 septembre 2020.

    Ce diaporama nécessite JavaScript.

    Live and Let Die (Dynamite, 2019)

    Adaptation très fidèle du roman éponyme « écrite » par Van Jansen, basée sur l’œuvre de Ian Fleming. Cette fois les illustrations sont assurées par Kewber Baal (dessins) et Schimerys Baal (couleurs). Live and Let Die est sortie en un seul volume de 184 pages le 18 décembre 2019.

    James Bond s’envole pour New York où il doit rencontrer son ami de la CIA Felix Leiter et des agents du FBI. Cette nouvelle mission en collaboration avec les services américains a pour objet l’enquête sur un certain Mister Big, criminel à la fois leader d’une secte vaudou mais aussi agent du SMERSH aux États-Unis. Il semblerait que cet homme ait découvert un trésor pirate en Jamaïque et qu’il l’écoulerait afin de financer des activités Soviétiques. Des clubs de jazz à Harlem aux Caraïbes en passant par les Everglades, 007 devra se battre contre un adversaire puissant et fera la rencontre de la belle Solitaire, une sorte de voyante à la solde de M. Big…

    Ce diaporama nécessite JavaScript.

    Reflections of Death (Dynamite, 2020)

    Écrit et illustré par une ribambelle de personnes, ce comics de 128 pages sorti le 16 septembre 2020 comporte six petites histoires mettant en scène James Bond.

    Ce diaporama nécessite JavaScript.

    Silverfin (Penguin Readers, 2020)

    Une nouvelle adaption (abrégée) du roman Opération SilverFin de Charlie Higson (La Jeunesse de James Bond) ayant un but éducatif (déstiné aux étrangers apprenant la langue anglaise) est sortie le 5 novembre 2020.

    Ce diaporama nécessite JavaScript.

    Agent of SPECTRE (Dynamite, 2021)

    Cette aventure en cinq parties (publiés du 3 mars au 22 juillet 2021) a été écrite par Christos Gage et illustrée par Luca Casalanguida (dessins) et Heather Moore (couleurs).

    Deux des chefs de SPECTRE se disputent la place de « Numéro 1 » et l’un d’eux, Ernst Stravro Blofeld, décide de « demander » l’aide de 007 pour se débarrasser de sa rivale, Tatiana Jones.

    Ce diaporama nécessite JavaScript.

    Himeros (Dynamite, 2021-2022)

    Dans cette nouvelle série qui commencera en octobre 2021 (écrite par Rodney Barnes et illustrée par Antonio Fuso), le milliardaire financier britannique Richard Wilhelm se retrouve derrière les barreaux, après avoir été accusé de trafic de mineurs vers son île privée du Pacifique Sud. Maintenant en détention, ses liens politiques, personnels et criminels avec d’autres membres de la haute société à travers le monde risquent d’être exposés. Le fabricant d’armes Anton Banes est l’un d’eux, et rien ne l’arrêtera quand il s’agira de couvrir ses arrières. Y compris l’embauche d’un mystérieux assassin portant le nom de code Kino pour éliminer Wilhelm et toute preuve. Ce qui fera qu’on fera appel 007 démêler les choses, et même pour protéger la bras droit de Wilhelm, Sarah Richmond, qui a une tête remplie de secrets que tout le monde recherche.

    Les spin-off sur d’autres personnages

    James Bond Jr. (Marvel, 1992)

    Tout au long de l’année 1992, Marvel a sorti douze comics James Bond Jr. aux USA. Certaines de ces bandes dessinées reprennent les scénarios de quelques épisodes de la série animée du même nom, d’autres sont des histoires originales fidèles à l’esprit de l’animée. Ces comics font environ 36 pages chacun (mais dans chacun on retrouve environ 14 pages qui sont occupées que par des publicités pour des produits qui n’ont rien avoir avec Bond !) et certains ont été traduits en français.

    Titre (VO) Date (US) Auteur Illustrateurs Note
    The Beginning Janvier 1992 Cal Hamilton Mario Capaldi, Elian Peters et Colin Fawcett Basé sur l’épisode 1 de la série TV : En route vers sa nouvelle école, James Bond Junior est poursuivi par S.C.U.M. qui souhaite voler son Aston Martin DB5.
    The Eiffel Missile Février 1992 Cal Hamilton Mario Capaldi, Elian Peters et Adolfo Buylla Basé sur l’épisode 9 de la série TV : Après avoir rencontré Skullcap dans un aéroport, James Bond Jr. interfère avec les plans du Dr. Dérangé qui souhaite lancer un missile de depuis la tour Eiffel.
    Earthcracker Mars 1992 Cal Hamilton Mario Capaldi, Elian Peters et Adolfo Buylla Basé sur l’épisode 2 de la série TV : Bond, I.Q. et Tracy voyagent pour trouver l’El Dorado, la cité perdue de l’or. Ils sont accueillis par Odd Job, Goldfinger et leur arme mortelle, le Earth Cracker.
    Plunder Down Under Avril 1992 Cal Hamilton Mario Capaldi, Elian Peters et Bambos Georgioli Basé sur l’épisode 5 de la série TV : Lorsque l’oncle marin de Tracy disparaît avec son navire au large de la côte de la Grèce, une expédition de plongée révèle un complot diabolique de Walker D. Plank visant à créer une flotte de pirate mortel.
    Dance of the Toreadors Mai 1992 Dan Abnett Mario Capaldi, Elian Peters et Bambos Georgioli Basé sur l’épisode 26 de la série TV : Lorsque I.Q. tombe amoureux de la danseuse Dulce Nada et la suit à Pampelune, il ne sait pas qu’elle est involontairement impliquée dans un complot du Baron von Skarin visant à provoquer une fusion nucléaire en Grande-Bretagne.
    The Gilt Complex Juin 1992 Dan Abnett Mario Capaldi, Elian Peters et Bambos Georgioli Comics original : Bond et I.Q. se rendent à Venise pour rencontrer l’oncle Max d’I.Q. qui vient de découvrir la pierre philosophale. Cependant ce dernier a été kidnappé par Goldfinger et Odd Job.
    Sure as Eggs Is Eggs Juillet 1992 Dan Abnett Mario Capaldi, Sophie Heath et Bambos Georgioli Comics original : Bond et ses amis assistent à exposition d’œufs Fabergé mais Scumlord charge Tiara Hotstones de les voler pour créer un incident diplomatique avec la Russie.
    Wave Goodbye to the USA Août 1992 Dan Abnett Mario Capaldi, Sophie Heath et Colin Fawcett Comics original : Goldfinger s’allie avec le capitaine Plank pour récupérer de l’or Aztec grâce à un dispositif permettant de faire bouger les plaques tectoniques, ce qui devrait engloutir les USA sous une vague géante.
    Absolute Zero Septembre 1992 Dan Abnett Mario Capaldi, Sophie Heath et Bambos Georgioli Comics original : Bond et ses amis participent à une compétition de ski en Suisse, mais le Dr No menace d’anéantir des villes du pays avec des glaciers artificiels si on ne lui donne pas tout l’argent des banques suisses.
    Friends Like These Octobre 1992 Dan Abnett Mario Capaldi, Sophie Heath et Bambos Georgioli Comics original : Evan Moore, nouvel élève débarqué des USA, rend James Bond Junior jaloux. Cependant Junior va vite découvrir que Evan est en réalité un androïde envoyé à son école par le Dr. Dérangé.
    Indian Summer Novembre 1992 Dan Abnett Mario Capaldi, Sophie Heath et Bambos Georgioli Comics original : Bond et ses amis se rendent en Inde pour enquêter sur une malédiction et tombent sur Ms. Fortune et le Baron Van Skining qui tentent de mettre la main sur le plus gros diamant du monde.
    Homeward Bound Décembre 1992 Dan Abnett Mario Capaldi, Sophie Heath et Bambos Georgioli Comics original : Scumlord a mis la tête de James Bond Junior à prix. En conséquence, Nick-Nack, le Capitaine Plank, Ms. Fortune, Odd Job, Goldfinger, Van Skining, le Dr. Dérangé, le Dr. No et Requin essayent de l’éliminer.

    Ce diaporama nécessite JavaScript.

    Les éditions publiées au Royaume-Uni possèdent quelques histoires inédites comme V.I.P. Treatment, Dressed To Kill, Close Encounters Of The S.C.U.M. Kind!, Thunder In The Congo!, Peak Performance! ou encore Race To The Finish! :

    Le + de CJB : Les comics James Bond Jr. au Royaume-Uni

    Spynest (Soleil, 2011-2015)

    Spynest est une série de comics d’origine française en trois volumes et un peu particulière puisqu’elle ne met pas en scène James Bond… mais son créateur Ian Fleming. Écrit par Jean-Luc Sala et illustré par Christophe Alliel, le synopsis est le suivant : et si, pendant la guerre, lorsqu’il était lui-même un espion de la couronne britannique, Ian Fleming avait rencontré un espion extraordinaire… Le plus intrépide, le plus cynique et le plus féroce de tous… Et si cet espion était une femme ? 1940, le plus improbable duo d’espions va déterminer, dans l’ombre, l’issue du plus grand et du plus meurtrier de tous les conflits.

    Ce diaporama nécessite JavaScript.

    Orbit: Ian Fleming: The Man Behind James Bond (Bluewater, 2015)

    Écrit par Matthew J. Elliot et illustré par Ross Bampfylde, ce mini comics de 28 pages raconte la vie de Ian Fleming. Dans celui-ci, un Fleming mort rencontre sa création (James Bond) et lui raconte ses origines.

    Ce diaporama nécessite JavaScript.

    Felix Leiter (Dynamite, 2017)

    Felix Leiter est un comics consacré à l’allié américain de James Bond. Il se compose de six volumes écrits par James Robinson et illustrés par Aaron Campbell et Salvatore Aiala, publiés du 11 janvier au 21 juin 2017. Cette aventure sera réunie en un seul volume le 21 novembre 2017 et devrait être traduite en français aux éditions Delcourt.

    Dans ce comics, Leiter qui est désormais détective privé, est rappelé par la CIA pour aider les Japonnais à retrouver une agente russe avec laquelle il avait précédemment travaillé et eu une aventure. Toutefois certains évènements au Japon vont faire en sorte qu’il mette son enquête de côté pour un temps afin de s’occuper d’une affaire plus urgente…
    Il est a noter que l’auteur souhaite écrire une trilogie.

    Ce diaporama nécessite JavaScript.

    Moneypenny (Dynamite, 2017)

    Après Felix Leiter, c’est cette chère Miss Moneypenny qui a eu le droit à son propre comics le 30 août 2017. L’histoire de la bande dessinée est écrite par Jody Houser (la première femme à écrire un comics 007) et illustrée par Jacob Edgar (dessins) et Dearbhla Kelly (couleurs).

    Moneypenny accompagne M à un déplacement dans une faculté à Boston lorsque des hommes armés entrent dans l’établissement et essaye de tuer M et les personnes qui l’accompagne. Moneypenny essaye alors de les protéger…

    Ce diaporama nécessite JavaScript.

    M (Dynamite, 2018)

    Écrit par Declan Shalvey et illustré par P.J. Holden et Dearbhla Kelly, ce mini-comics sorti le 21 février 2018 est consacré au supérieur le Bond, le chef du MI6 : M.

    M reçoit un colis contenant balle en caoutchouc qu’il reconnaît. Sans perdre de temps il décide de se rendre à Belfast, ville liée à se souvenir qui vient le hanter. Il se trouve en effet trouve que M fut par un temps soldat durant la période des « troubles » ; quelqu’un veut le faire chanter pour un crime qu’il aurait commis à cette époque…

    Ce diaporama nécessite JavaScript.

    Bons baisers d’Amérique du Sud

    Six ans après la sortie du film Dr No, l’éditeur chilien Zig Zag a obtenu en 1968 les droits pour publier des bandes dessinées de James Bond en Argentine, au Chili, au Paraguay et au Pérou. Parce qu’il comprend bien l’anglais, c’est l’écrivain Germán Gabler qui a été choisi pour cette tâche, les illustrations sont créees par divers artistes chiliens ou Gabler lui-même. Les premiers comics de Zig Zag sont des adaptations fidèles des romans de Fleming, des comics originaux seront très vite publiés par la suite.

    Utilisant le visage de Sean Connery, chaque aventure fait une trentaine de pages et commence par une sorte de « séquence pré-générique » (parfois lié à l’intrigue, parfois non). En bonus, à la fin des comics, des armes ou des véhicules de la vie réelle sont brièvement présentés aux lecteurs dans une section que l’ont pourrait appeler « équipement pour un agent secret ». Les histoires originales sont d’une très bonne qualité (ce qui est assez rare dans l’univers des comics Bond), restant pour la plupart réalistes. Les illustrations quant à elles, bien que sans être exceptionnelles, sont de bonnes factures.

    Les publications bondienne de Zig Zag (qui s’élèvent au nombre de 59) ont été couronnées de succès en Amérique du Sud, mais lorsque le marxiste Salvador Allende a été élu président en 1970, le climat politique a radicalement changé au Chili et James Bond est passé de célèbre héros à un symbole du fascisme occidental. Zig Zag, qui fut racheté par le gouvernement, a arrêté de publier des comics de Bond. Difficilement trouvables en version papier, les aventures James Bond de Zig Zag sont toutefois depuis quelques années accessible aux fans sur le site d’Archivo007 sur lequel on peut des scans de l’ensemble de ces comics. À ce jour, ces comics n’ont jamais été traduits officiellement en anglais ou en français ; des fans traductions française sont toutefois trouvables pour la plupart de ces comics chez nos amis de Commander James Bond France.

    La liste complète des comics Bond de Zig Zag :

    # Titre original Titre traduit littéralement FR Résumé (peut contenir des spoilers) Titre traduit littéralement EN Dessinateur
    1 (1968) Operacion Riesgo Opération Risque Basé sur Risico. Operation Risk Hernán Jirón
    2 (1968) La Rareza de Hildebrand La rareté d’Hildebrand Basé sur Le Spécimen rare de Hildebrand. The Hildebrand Rarity Hernán Jirón
    3 (1968) Sólo para tus Ojos Rien que pour vos yeux Basé sur Top Secret. For Your Eyes Only Hernán Jirón
    4 (1968) Oro Mortal Or mortel Le Chiffre du SMERSH a perdu de l’argent de son employeur soviétique. Il prévoit de braquer à l’aide de jet-packs un train français qui transporte de l’or afin de récupérer l’argent avant que SMERSH ne découvre que celui-ci a disparu. Deadly Gold Hernán Jirón
    5 (1968) Oro para Le Chiffre Or pour Le Chiffre Pierre Leduc, bras droit de Le Chiffre, a enlevé un scientifique du nom de Schön qui a découvert un procédé qui est véritablement capable de transformer certains métaux en or. Gold for Le Chiffre Hernán Jirón
    6 (1969) Ultrasecreto Ultrasecret Dans le sud de la France, Bond et Leiter sont à la poursuite d’un certain Krasniasky qui a volé les plans généraux de la défense de l’Angleterre, vraisemblablement pour le compte de Le Chiffre. Ultra Secret Germán Gabler
    7 (1969) Juego de Niños Jeu d’enfants M demande à son agent d’enquêter sur la mort de deux officiels. Au cours de ses investigations, Bond découvre que Le Chiffre a été engagé par les puissances de l’Est pour assassiner le Premier ministre, ce qu’il a prévu de faire à l’aide d’un nain d’un cirque qui sera déguisé en enfant. Child’s Play Hernán Jirón
    8 (1969) Casino Royale Casino Royale Basé sur Casino Royale. Casino Royale Germán Gabler
    9 (1969) Cacería Chasse Basé sur Bons baisers de Paris. Hunting (A view to a kill) Abel Romero
    10 (1969) Misión en México Mission à Mexico Basé sur Goldfinger, partie 1/5, cette aventure est consacrée à la mission dans laquelle Bond démantèle un réseau de trafiquants de drogue au Mexique (mentionnée dans le chapitre 1 du roman). Mission in Mexico Abel Romero
    11 (1969) Oro y Muerte Or et mort Basé sur Goldfinger, partie 2/5. Gold and Death Hernán Jirón
    12 (1969) Persecucion Implacable Traque implacable Basé sur Goldfinger, partie 3/5. Relentless pursuit Abel Romero
    13 (1969) Encrucijada Fatal Carrefour fatal Basé sur Goldfinger, partie 4/5. Fatal Crossroad Hernán Jirón
    14 (1969) El Oro de Fort Knox L’or de Fort Knox Basé sur Goldfinger, partie 5/5. The Gold of Fort Knox ?
    15 (1969) Intriga en Berlin Intrigue à Berlin Des espions du réseau de renseignement du SIS à Berlin-Est sont tués. M y envoie Bond avec un microfilm contenant la liste de tous les agents pour qu’il réorganise le réseau. Toutefois un membre de ce réseau ayant prévu l’arrivée de 007 compte bien mettre la main sur la liste pour la revendre aux autorités. Berlin Intrigue Germán Gabler
    16 (1969) Vacaciones para un Espia Vacances pour un espion Alors qu’il se trouve en vacances sur la Côte d’Azur, Bond rencontre une jeune femme du nom de Minou qui a volée à la mafia des bijoux volés. Bond se retrouve malgré lui embarqué dans cette histoire. Holiday for a Spy Abel Romero
    17 (1969) El Crimen de la Discotheque Le crime de la discothèque Un fonctionnaire du ministère de la Défense échange des secrets gouvernementaux contre de la drogue à laquelle il est accro. Lorsqu’il est retrouvé mort dans une discothèque à Londres, M demande à 007 d’enquêter sur son décès. The Crime at the Discotheque ?
    18 (1969) ¡Sabotaje! Sabotage ! Basé sur Moonraker. Sabotage! Germán Gabler
    19 (1969) Safari Mortal Safari mortel Un agent britannique meurt au Bwalandi en Afrique ; il enquêtait sur le rapprochement du gouvernement du pays avec le bloc de l’Est. Durant son investigation, 007 découvre que le président du Bwalandi a été en fait remplacé par un double. Deadly Safari Abel Romero
    20 (1969) Doctor No Docteur No Basé sur Docteur No. Doctor No Germán Gabler
    21 (1969) Una Bella en Apuros Une beauté en détresse Dans une firme chargée de construire des éléments d’un nouveau sous-marin, un agent du MI5 a été retrouvé mort, assassiné par une secrétaire. Arrêtée, celle-ci prétend qu’elle s’agissait de légitime défense, ayant vue l’agent essayer de photographier en douce les plans du sous-marin. Le MI5 n’est pas enclin à la croire. 007 devra porter rescousse à la fille en prouvant qu’elle est bien innocente et démanteler le réseau d’espion qui cherche à mettre la main sur les plans. A Beauty in Distress Hernán Jirón
    22 (1969) De Rusia con Amor Bons baisers de Russie Basé sur Bons baisers de Russie. From Russia With Love Germán Gabler
    23 (1969) Diamantes Eternos Les diamants sont éternels Basé sur Les diamants sont éternels. Diamonds are Forever Lincoln Fuentes
    24 (1969) El Asunto C.I.P.E.T. L’affaire C.I.P.E.T. L’agent britannique Frank Gowan meurt à Hong Kong alors qu’il enquêtait sur la société C.I.P.E.T. (Compagnie d’Importation de Produits Électriques Twan). Bond reprend l’enquête, qui inclue la veuve de Gowan, Claire. The C.I.P.E.T. affair Luis Avila
    25 (1969) Los Cuervos Les corbeaux Des corbeaux-électroniques tuent des collectionneurs d’oiseaux rares. L’une des victimes serait Reginald Stratford, un ancien camarade d’Eton de Bond. Alors qu’il enquête sur la mort de son ami, 007 découvre que la victime était en réalité le frère jumeau de Reginald, Thomas, et que Reginald l’a tué pour mettre la main sur sa fortune. The Crows Abel Romero
    26 (1969) El piloto desaparecido Le pilote disparu En Australie, un pilote aux commandes d’un prototype d’avion de chasse a disparu avec son appareil. Bond enquête sur cette disparition du côté de la base aérienne d’où l’avion a décollé. Il se trouve qu’une puissance étrangère et la petite amie du pilote ne sont pas étrangers à cette disparition. The Missing Pilot Germán Gabler
    27 (1969) Sacrilegio Sacrilège Un des collègues de Bond est mort ; il enquêtait dans un village Écossait, et plus précisément sur son église. Bond reprend l’enquête et peut compter sur un policier local, Gillespie, pour l’aider. Sacrilege ?
    28 (1969) SPECTRE SPECTRE Basé sur le début d’Opération Tonnerre. Lincoln Fuentes
    29 (1969) La Reina de las Abejas La reine des abeilles Bond enquête sur des disparitions de scientifiques lorsqu’il découvre qu’une organisation de femmes déguisées en abeilles est derrière cela et qu’elles veulent créer une nouvelle société dans laquelle la femme occuperait la place principale. The Queen of the Bees Lincoln Fuentes
    30 (1969) Intriga en el Artico Intrigue dans l’Arctique Le docteur Kleiner (scientifique américain) a volé des données d’une technologie militaire. Il ignore cependant que Felix Leiter et Bond sont en train de le filer jusqu’au Canada, dans l’espoir de découvrir qui sont ses complices. Intrigue in the Arctic ?
    31 (1969) El Cordon de Seda Le cordon de soie Des attachés d’ambassade sont assassinés au Ranaprut (pays fictif situé entre l’Inde et le Pakistan), étranglés par une corde de soie. Bond mène l’enquête sur place et découvre un complot qui vise à faire du pays un satellite du bloc de l’Est. The Silk Cord Germán Gabler
    32 (1969) La Mano del Destino La main du destin James Bond a pour mission de se rendre en Amazonie pour ramener en Angleterre un scientifique et criminel de guerre nazi en fuite, Rudolf Von Szymania, où celui-ci obtiendra l’asile. Toutefois les Russes (menés par un certain Dimitri Prochenko) veulent aussi mettre la main sur Von Szymania. The Hand of Fate Abel Romero &Manuel Rojas
    33 (1969) Operacion Trueno Opération Tonnerre Basé sur la partie principale d’Opération Tonnerre. Operation Thunder Lincoln Fuentes
    34 (1969) Vivir y dejar Morir Vivre et laisser mourir Basé sur Vivre et laisser mourir. To Live and to Let Die Luis Avila
    35 (1969) Sosias Sosies Des hommes kidnappent Bond afin de créer un double de lui grâce à la chirurgie esthétique et ainsi voler des documents secrets dans le QG du SIS pour les revendre à SPECTRE. Doubles Hernán Jirón
    36 (1969) La playa de las Flores La plage des fleurs Bond enquête sur la disparition d’un chef de station en Suisse, Howard Stanley. La piste le mène à San Francisco où il découvre que Stanley a simulé sa mort et volé des fonds du SIS pour partir vivre dans un camp hippie en compagnie d’une jeune femme. The Flowering Spot Germán Gabler
    37 (?) El Espía que me amo’ L’espion qui m’aimait Basé sur Motel 007. The Spy Who Loved Me ?
    38 (1970) El Archicriminal L’archi-criminel Basé sur Au service secret de Sa Majesté, partie 1/2. The Arch-Criminal Lincoln Fuentes
    39 (1970) Al Servicio Secreto de su Majestad Au service secret de Sa Majesté Basé sur Au service secret de Sa Majesté, partie 2/2. On Her Majesty’s Secret Service Lincoln Fuentes
    40 (1970) Solo se vive dos veces On ne vit que deux fois Basé sur On ne vit que deux fois. You Only Live Twice Germán Gabler
    41 (1970) El Hombre del revolver de Oro L’homme au pistolet d’or Basé sur L’Homme au pistolet d’or. The Man with the Golden Gun Lincoln Fuentes
    42 (1970) La Muerte se divierte La mort s’amuse Alors qu’il est en congé en Écosse, Bond passe rendre visite à son ami le sergent Gillespie (de Scarilege). Il se trouve que celui-ci est en pleine enquête sur un meurtre. Le coupable est-il l’épouse de victime qui la trompait avec son neveu ? Le neveu pour toucher l’héritage ? Ou encore le major d’homme de la victime ? Bond décide d’aider Gillespie dans son enquête. Death is amused ?
    43 (1970) El Ejecutor L’exécutant À Riyad, le chef de la station Arabie Saoudite du SIS a été assassiné par un tueur à gages du nom d’Ivan Kutznesov. Bond a alors pour mission d’éliminer Kutznesov mais en le filant les événements font que l’avion qu’ils prennent se crashe dans le désert et est encerclé par des bandits qui chevauchent des dromadaires. Après avoir éliminé Kutznesov, Bond apprend que celui-ci aurait été engagé par un certain « homme sans visage ». The Executioner Hernán Jirón
    44 (1970) Señuelo Leurre « L’homme sans visage » essaye de mettre la main sur la liste complète des agents britanniques opérant à Berlin-Est en manipulant un ancien espion Nazi. Bond réussit à stopper son plan mais l’homme sans visage parvient tout de même à s’échapper. Bait Germán Gabler
    45 (1970) Grito de Libertad Cri de liberté Dans la République de Palmira, aux Caraïbes, un membre du SIS ayant pour mission d’aider les rebelles à renverser le dictateur a été capturé. M envoie Bond pour qu’il négocie la libération de leur homme auprès du gouvernement de Palmira. Cry of Freedom Lincoln Fuentes
    46 (1970) Peligro en el Dique 4 Danger sur la digue 4 Au large de la Jamaïque, un « accident » a lieu entre un navire britannique et un navire russe. M envoie son agent sur place pour qu’il s’assure que les pourparlers entre les deux puissances se déroulent sans incident. Bond fera équipe avec le russe Prochenko (ici nommé Nikolai et non plus Dimitri) tandis que « l’homme sans visage » essayera de faire échouer les négociations diplomatiques. Danger at Dock 4 Germán Gabler
    47 (1970) El Príncipe y El Dragón Le prince et le dragon Le cousin de M, Sir Alex Messervy, s’est acheté un château médiéval et vit comme un roi légendaire. Toutefois des hommes qui cherchent à acquérir sa propriété qu’il ne veut pas vendre sont prêts à le tuer. M demande à son agent d’enquêter à titre de faveur personnelle. The Prince and the Dragon Lincoln Fuentes
    48 (1970) Una Calurosa Tarde de Verano Une chaude après-midi d’été Un James Bond blessé à la tête reprend connaissance auprès du cadavre d’une femme en Sardaigne : il n’a plus aucun souvenir récent. Alors qu’il retrouve petit à petit la mémoire il se souvient avoir enquêté sur une affaire de contrebande d’or et découvre que « l’homme sans visage » se cache derrière (celui-ci parvient toutefois à s’échapper). A Warm Summer Afternoon Germán Gabler
    49 (1970) Guardaespaldas Garde du corps 007 est chargé d’assurer la sécurité du roi Yussuf El Sahdrin lors de sa visite officielle en Angleterre. Bodyguard Lincoln Fuentes
    50 (1970) 5 grados bajo cero 5 degrés sous zéro Un contact du SIS doit remettre une arme biologique (dévastatrice au-delà de -5 °C) à Bond dans une station de ski Suisse. L’homme est mort mais aurait caché la marchandise dans les environs. Toutefois les Russes (dont Prochenko), les Chinois et les hommes de « l’homme sans visage » sont sur place et entendent bien également eux aussi récupérer les bactéries. 5 degrees below zero ?
    51 (1970) Los Saboteadores Les saboteurs Des espions veulent saboter les tests d’un missile britannique, Bond doit les arrêter. The Saboteurs Lincoln Fuentes
    52 (1970) Un Viaje de Placer Un voyage d’agrément En congé forcé à Nassau, Bond tombe sur Eddie O’Shea : un vieux copain de l’armée. Celui-ci l’invite sur son yacht sur lequel il amène des clients plonger en haute mer. Bond et Eddie ignorent encore que les clients du jour sont des criminels qui sont là pour récupérer un butin… A Pleasure Trip Germán Gabler
    53 (1970) Mercenario Mercenaire En Afrique équatoriale, deux pays voisins, le Batuba et le Mambeze, sont en guerre. Le Royaume-Uni soutenant officieusement le Batuba, on demande à Bond de s’infiltrer dans l’aviation du Mambeze, pilotée par des mercenaires et qui est la plus grosse menace qui plane sur le Batuba, afin de la détruire. Mercenaries Germán Gabler
    54 (1970) Infierno en Sicilia Enfer en Sicile Le SIS à une piste sur où se cacherait « l’homme sans visage », chez un riche propriétaire terrien sicilien lié à la mafia. Bond confronte « l’homme sans visage » qui lui explique pourquoi il en veut tant au Royaume-Uni (car il a tout perdu, dont sa famille, lorsqu’une de ses anciennes colonies a accédé à l’indépendance), et parvient enfin à le tuer. Inferno in Sicily ?
    55 (1970) Yeti Yeti Un membre du MI6 aurait été victime d’un Yeti alors qu’il enquêtait dans l’Himalaya. Sur place Bond découvre qu’un ancien homme de main de Blofeld, Anatole Gundarcik, a prévu de détourner le premier vol spatial britannique depuis une base (ressemblant à celle du film On ne vit que deux fois) située sous l’Himalaya, et gardée par des hommes déguisés en Yetis. Yeti Germán Gabler
    56 (1970) El Delfín de Oro Le dauphin d’or Un ami de Bond, Henry Harlech, l’invite a tester sur un lac avec lui un prototype de bateau qu’il a acheté, le « dauphin d’or ». Toutefois, des espions qui comptaient se servir de ce lac pour leur opération voient d’un mauvais œil l’arrivée de Bond et Harlech et essayent de les éliminer. The Golden Dolphin Germán Gabler
    57 (1970) La Rallye de la Muerte Le rallye de la mort James Bond participe en temps que copilote à une course de rallye qui part de Londres jusqu’à Athènes. Sous cette couverture il doit faire sortir un informateur d’un des pays traversés mais l’opposition est au courant et compte bien l’éliminer lui et son pilote (Marc Lester) de la course, et même les éliminer tout court. The Rally of Death Germán Gabler
    58 (1970) Misterio en la Television Mystère à la télévision Une photo d’un prototype secret de missile se retrouve dans la presse. Il se trouve que la base aérienne dans laquelle se trouve le missile accueille actuellement une équipe de tournage d’une série télévisée, Héros de l’air. Sur place Bond devra s’infiltrer dans la production TV et découvrir le ou les responsable(s) des fuites. Mystery on TV Abel Romero
    59 (1970) Los Condenados Le condamné M demande à son agent d’enquêter sur les assassinats de divers membres du SIS qui ont eu lieu à Londres. Au cours de son investigation 007 découvre que les victimes étaient des agents doubles à la solde du SPECTRE et que l’organisation a décidé de se débarrasser d’eux. The Condemned Germán Gabler

    Ce diaporama nécessite JavaScript.

    À noter que quelque années après la fin des Zig Zag James Bond, Germán Gabler s’est en 1974 lancé dans sa propre série de comics : Killer, qui raconte à nouveau les aventures d’un espion britannique, Jack Killer (basé sur le visage de Charles Bronson). Sur les 10 aventures de Killer parues, 7 sont en réalité des reprises de James Bond parues chez Zig Zag : plus d’infos sur le sujet ici. (Killer a été réédité et traduit en anglais depuis).

    D’autres éditeurs d’Amérique du Sud comme Editorial Columba (Argentine) ont compilés les strips James Bond du Daily Express en les traduisant en langue espagnole à travers ses publications D’artagnan et El Tony ; mais a aussi adapté quelques films en comics.

    De seulement une quinzaine de de pages chacune, ces adaptions de film ne sont pas fidèles, modifiant et réduisant fortement l’intrigue de ceux-ci. Certains éléments tirés des romans éponymes viennent également parfois se glisser dans ces adaptations. Les illustrations sont d’une qualité variable, parfois à peine passable, parfois bonne. Ces comics n’ont plus ne furent jamais officiellement traduits en anglais ou en français, en voici la liste :

    Date Titre original Adaptation de Écriture Dessins #
    1966 Operacion Trueno Opération Tonnerre ? ? 122
    1968 Solo se vive dos veces On ne vit que deux fois Pier Michele Vogt 174
    1968 ? De Rusia con amor Bons baisers de Russie Fred W. Seymour Alberto Fernández 202
    1968 ? El satánico Doctor No James Bond 007 contre Dr No W. Buggs Alberto Fernández 205
    1970 Al Servicio Secreto de Su Majestad Au service secret de sa Majesté Kenneth Sharp Alberto Fernández 226
    1972 Los diamantes son eternos Les diamants sont éternels Pier Michele Alberto Fernández 279
    1973 Vive y dejar morir Vivre et laisser mourir Percival W. Lytton Enio 310
    1975 El hombre del revólver de oro L’Homme au pistolet d’or Fred W. Seymour Alberto Fernández 350
    1977 La espía que me amó L’Espion qui m’aimait Fred W. Seymour Villagrán /
    1979 Moonraker mision escpacial Moonraker Martin Ablescayne Gómez Sierra /
    1981 Sólo para tus ojos Rien que pour vos yeux Percy Holmes Gómez Sierra /
    1983 Dedos de Oro Goldfinger Janus Jara Alberto Fernández /
    1984 Nunca digas nunca jamás (partie 1/2) Jamais plus jamais Héctor Alba Enio /
    1984 Nunca digas nunca jamás (partie 2/2) Jamais plus jamais Héctor Alba Enio /

    Ce diaporama nécessite JavaScript.

    Meilleurs voeux de Scandinavie

    Au Danemark, en Norvège et en Suède, des comics de James Bond reprenant les strips du Daily Express sont sortis à partir de 1965 (passant du format strips à comics, les illustrations originales de John McLusky et de Yaroslav Horak furent reformatées en ajoutant parfois brutalement des illustrations lorsque nécessaire, et en supprimant parfois des cases redondantes qui étaient dues à la sérialisation quotidienne). L’éditeur principal était suédois : Semic Press, tandis que les versions norvégienne et danoise ont été publiées par Semic Nordic et Interpresse.

    Après la mort de la veuve de Ian Fleming, Ann, en 1981, Semic fut autorisé à créer ses propres histoires originales (ce qu’ils ont fait jusqu’en 1991). D’une qualité variable, certaines de ces histoires d’environ 24 pages tendaient vers la médiocrité en incluant des tas de choses non sérieuses (comme Bond affrontant un androïde qui tire des lasers avec ses yeux ou encore une machine pouvant ressusciter les morts, etc). Les dessins, assurés par des artistes Espagnol, étaient passables, voir jolis sur certaines aventures et avaient le mérite de ne pas apparemment subir la censure (il y a notamment de la nudité).

    Semic a aussi adapté en comics les films d’EON qui sortaient ; ils ont arrêté de publier Bond en 1996. À ce jour, ces comics n’ont pour la grande majorité jamais été traduits officiellement en anglais ou en français ; des fans traductions française sont toutefois trouvables pour la plupart de ces comics chez nos amis de Commander James Bond France..

    La liste complète des comics originaux de Semics :

    Année Titre original Titre traduit littéralement FR Résumé (peut contenir des spoilers) Titre traduit littéralement EN Auteur Dessinateur Numéro
    1982 Den Gyllene Triangeln Le Triangle d’Or Un ami de M dirige l’attention de Bond vers une usine de drogue russe en Thaïlande. En fin de compte il s’avère que c’est lui qui est derrière elle, et il veut que Bond devienne un toxicomane. The Golden Triangle Terje Nordberg etEirikIldahl* Escolano 5 (1982 series)
    1982 Jungle Devils Diables de la jungle Le fils d’un milliardaire britannique est traqué dans la jungle par les commandos du SPECTRE. Bond est envoyé pour le sauver. Operation Jungle Devils Sverre Årnes Escolano 1 (1983 series)
    1983 Octopussy Octopussy Adaptation du film. Octopussy Jack Sutter Frederico Maidagan /
    1983 Slavhandlarna Marchands d’esclaves Bond doit devenir un esclave en Afrique pour trouver des marchands d’esclaves. Derrière tout cela, il y a le KGB qui veut donner à l’Occident une mauvaise réputation en Afrique. The Slave Traders Jack Sutter Escolano 2 (1983 series)
    1983 Kodnamn Nemesis Nom de code Némésis Un agent double travaillant pour le MI5 est tué. Bond est envoyé pour en protéger deux autres, mais soupçonne que Felix Leiter va les tuer. Tout est un complot de M pour débusquer un 4ème agent. Codename Nemesis Jack Sutter Josep Gual 3 (1983 series)
    1983 Operation Burma Opération Birmanie Quelqu’un envoie des vidéos d’exécutions. Bond essaie de trouver qui et séduit une femme pilote qui s’avère travailler avec un empereur fou. Operation Burma Jack Sutter Sarompas 6 (1983 series)
    1983 Likvidera Bond! Liquider Bond ! Winter, 002, a subi un lavage de cerveau. Après un échange de prisonniers, il s’évade et attaque des personnalités de la Défense britannique. Le nouveau patron de Winter veut attirer Bond en Allemagne de l’Est. Liquidate Bond! Jack Sutter Josep Gual 7 (1983 series)
    1983 Den Vita Döden La Mort Blanche La mission de Bond est de tuer un nazi qui, sous couvert de vacciner des Indiens dans les jungles d’Amazonie, les tue pour exploiter leur terre. The White Death Sverre Årnes Sarompas 8 (1983 series)
    1984 Dödligt Dubbelspel Double Jeu Mortel Quelqu’un a fait une copie de Bond qui commet un crime et Bond est envoyé en prison. Leiter le libère et 007 remonte la piste d’un génie chinois vengeur et défiguré. Deadly Duplicity Jack Sutter Sarompas /
    1984 Operation Little Opération Little Quelqu’un tue les meilleurs assassins du monde. Bond est envoyé pour découvrir qui, et soupçonne l’un des meilleurs assassins, Little. Le vrai méchant est un spécialiste des gènes qui peut contrôler les animaux. Operation Little Jack Sutter Sarompas 2 (1984 series)
    1984 Den Galne Kejsaren L’Empereur Fou Une femme drogue Bond pour qu’il accumule des dettes de jeu massives et soit soumis à un chantage afin qu’il travaille pour un empereur, qui est en secret contrôlé par un milliardaire argentin amer. The Mad Emperor Peter Sparring Josep Gual 3 (1984 series)
    1984 Operation Juggernaut Opération Juggernaut Bond retrouve une femme agent qui avait disparue, mais se rend compte qu’il s’agit d’une copie de robot. Blofeld l’a créée comme un test dans son plan de copier tous les leaders mondiaux. Operation Juggernaut Jack Sutter Sarompas 5 (1984 series)
    1984 Operation UFO Opération OVNI Des scientifiques sont kidnappés par des ovnis. Bond se fait passer pour un scientifique et est kidnappé. Il découvre que les Russes essaient d’amener les scientifiques à défendre le mode de vie soviétique. Operation UFO Jack Sutter Josep Gual 6 (1984 series)
    1984 Operation Blücher Opération Blücher Des néo-nazis placent une bombe près d’un navire de guerre coulé pendant la Seconde Guerre mondiale pour récupérer son or en paix. Bond découvre qu’un éminent Britannique veut cacher son passé. Operation Blücher Sverre Årnes Josep Gual 8 (1984 series)
    1985 Levande Måltavla Dangereusement vôtre Adaptation du film. A View to a Kill Jack Sutter Frederico Maidagan /
    1985 Kodnamn: Romeo Nom de code: Romeo Des sommets top secrets sont ciblés par des missiles. Bond est envoyé pour empêcher que la même chose arrive au directeur de la CIA et traque les bombes. Codename: Romeo Sverre Årnes Josep Gual 1 (1985 series)
    1985 Den Gröna Döden La Mort Verte Bond est envoyé chez Dominique, une botaniste qui peut rajeunir les gens, mais qui trafique aussi des secrets. Son objectif est que les femmes prennent le contrôle du monde. The Green Death Jack Sutter Sarompas 3 (1985 series)
    1985 Döden På Tahiti Mort à Tahiti Des terroristes prennent en otage les invités d’un yacht de luxe, dont un agent britannique. Pour monter à bord, Bond joue un négociateur inoffensif puis se fait aider par les otages pour se débarrasser des bombes. Death In Tahiti Sverre Årnes Sarompas 4 (1985 series)
    1985 Bruden Från Balkan La Mariée des Balkans L’ambassade britannique en Bosnie a reçu des menaces de mort avant le mariage de la princesse. Bond soupçonne un danseur de ballet russe et le secrétaire de l’ambassadeur. The Bride From Balkan Bill Harrington Josep Gual 6 (1985 series)
    1985 Kinesiskt Pussel Puzzle Chinois Bond est envoyé en Chine et découvre qu’une entreprise fabrique des androïdes de combat. Il est trahi par son contact chinois et s’échappe avec la secrétaire du méchant, mais leur avion tombe. Chinese Puzzle Bill Harrington Sarompas 7 (1985 series)
    1986 Sista paret ut Dernière paire Bond et une femme agent de la CIA sont défiés par leurs patrons. Chan et Dominique coopèrent pour dominer le monde, avec des clones et des plantes dangereuses. Last Pair Out Jack Sutter Sarompas /
    1986 Data Terror Data Terror Des bombes IEM explosent. Les coupables sont des femmes mécontentes de leurs employeurs, mais elles sont contrôlées par un expert en informatique. Data Terror Sverre Årnes Sarompas 1 (1986 series)
    1986 Eksperiment Z Expérience Z Une agente israélienne est chargée d’aider Bond à retrouver un nazi grâce à son fils. Le nazi veut implanter les cellules cérébrales d’Hitler dans Bond. Experiment Z Bill Harrington Manuel Carmona 3 (1986 series)
    1986 Döden ZI Florens Mort à Florence Bond est chargé de protéger un éventuel transfuge russe, mais deux agents russes séduisent le transfuge. Ils tentent de traquer un microfilm, mais se retrouvent confrontés à sa maîtresse. Death In Florence Bill Harrington Manuel Carmona 5 (1986 series)
    1986 Dödlig Dubbelgångare Double Mortel ? Deadly Double Jack Sutter Sarompas 7 (1986 series)
    1986 Greek Fire Feu Grec Deux constructeurs navals grecs se sabotent mutuellement, mais quelqu’un soutient l’un d’eux. Bond infiltre l’un d’eux mais l’organisation secrète le fait accuser du meurtre du concurrent. Greek Fire Bill Harrington Manuel Carmona 10 (1986 series)
    1987 Iskallt uppdrag Tuer n’est pas jouer Adaptation du film. The Living Daylights Jack Sutter Sarompas /
    1987 Mördande Musik Tuer la Musique Un agent britannique tué a caché des secrets dans une boîte à musique. À la recherche de la boîte à musique, Bond rencontre une femme victime de chantage qui semble travailler avec un homme avec une griffe d’acier. Killing Music Bill Harrington Manuel Carmona 1 (1987 series)
    1987 Spionfällan Piège à Espion Bond est envoyé pour trouver les seules photos existantes d’un agent d’élite russe, mais il n’est pas le seul à les rechercher. Finalement, Bond découvre que c’est la femme qu’il a rencontrée au début. The Spy Trap Jack Sutter Sarompas 2 (1987 series)
    1987 Amazonerna Amazones Bond est à la recherche d’une organisation terroriste féminine financée par la Russie, lorsqu’il découvre que sa petite amie a été formée par une organisation féminine concurrente dont la chef veut Bond pour elle. The Amazons Bill Harrington Josep Gual 3 (1987 series)
    1987 Dödande Sand Sable mortel Bond est envoyé pour libérer un agent d’une prison dans le désert. En chemin, il rencontre une femme qui veut libérer son petit ami, mais dont le véritable objectif est de le tuer. Deadly Sand Bill Harrington Sarompas 4 (1987 series)
    1987 Tid För Terror Le Temps de la Terreur Un tableau dans le bureau de M s’avère être un faux. Il est lié à une explosion dans une ambassade et à un artiste kidnappé par une nouvelle organisation terroriste. Terror Time Bill Harrington Manuel Carmona 5 (1987 series)
    1987 Den Trettonde Domaren Le Treizième Juge Des juges sont kidnappés pour servir dans un simulacre de procès contre un juge. Bond traque son partenaire, qui trahit alors le juge. The Thirteenth Judge Bill Harrington Josep Gual 6 (1987 series)
    1987 Flykten Från Vietnam S’échapper du Vietnam En route pour sauver un agent américain de pirates au Vietnam, Bond rencontre deux femmes aux plans secrets. Escape From Vietnam Bill Harrington Manuel Carmona 10 (1987 series)
    1987 De Odödliga Les Immortels Bond garde un psychologue qui a peur d’être kidnappé par les Russes lors d’un voyage pour étudier leurs expériences paranormales. Lui et sa femme détiennent le secret de la jeunesse éternelle. The Immortals Bill Harrington Martin Salvador 11 (1987 series)
    1987 Intrig I Istanbul Intrigue à Istanbul Bond est à la recherche de la fille d’un diplomate, mais est contacté par une femme qui dit que le diplomate a été recrutée par les Russes. Puis elle est tuée et Bond devient un suspect. Istanbul Intrigue Bill Harrington Manuel Carmona 12 (1987 series)
    1988 Kommando Kuba Cuba Commandos Des vétérans du Vietnam rivalisent avec Bond et un agent de la CIA pour récupérer un satellite américain dans la jungle, mais ils sont tous deux arrêtés par trois personnes en fuite. Cuba Commandos Jack Sutter Sarompas 1 (1988 series)
    1988 Dödlig Dos Dose Mortelle D’anciens agents sont tués. Bond découvre qu’ils sont tous allés dans un spa, il s’y rend, mais est accusé de meurtre. Lethal Dose Sverre Årnes Josep Gual 2 (1988 series)
    1988 Med Döden I Sikte Avec la Mort en Vue Bond a récupéré des informations importantes et les ramène à la maison, mais son hélicoptère s’est écrasé et ses adversaires attendent dans la planque sécurisée. With Death In Sight Bill Harrington Manuel Carmona 4 (1988 series)
    1988 Robo-Killer Robot-Tueur Un robot androïde est envoyé pour tuer Bond, alors qu’il enquête sur une maître chanteuse ayant des liens avec les Arabes et les Russes. Deux enfants apprennent à contrôler le robot tueur. Robo-Killer Jack Sutter Sarompas 7 (1988 series)
    1988 Danse Macabre Danse Macabre Bond courtise et recrute une danseuse de ballet pour exposer un homme qui vend des réfugiés. Mais l’homme qu’ils pensent coupable ne semble pas être impliqué. Dances Macabre Bill Harrington Josep Gual 8 (1988 series)
    1988 Operation Uboki Opération Uboki Lors d’une conférence dans un nouveau pays africain, des délégués masculins sont attaqués par des hommes léopards. Bond découvre que Saphire, qui hait les hommes, est derrière les attaques. Operation Uboki Bill Harrington Josep Gual 11 (1988 series)
    1988 Levande Död Mort-vivant En Thaïlande, Bond rencontre une agent du KGB avec une machine à ressusciter. Elle prévoit de tuer le président américain et de le ramener à la vie/recruter. Il est trop tard pour l’arrêter, alors Bond est chargé de tuer le président. The Living Dead Jack Sutter Sarompas 11 (1988 series)
    1990 Kodnamn: Mr. Blue Nom de code: M. Blue Plusieurs musiciens sont kidnappés. Bond rencontre un petit escroc enragé. Son patron a testé des sons subliminaux et fait chanter le monde en rendant tout le monde fou de rage. Codename: Mr Blue Jack Sutter Sarompas 1 (1990 series)
    1990 Farväl, Mr. Bond Adieu, M. Bond La chasse à un traître est stoppée. Bond est envoyé à un week-end d’entraînement avec d’autres agents. Bientôt, ils sont emmenés chez le Dr Saviz (voir Puzzle Chinois) qui envisage de remplacer les agents par des copies robots. Goodbye, Mr. Bond Bill Harrington Sarompas 5 (1990 series)
    1990 Operation Yakuza Opération Yakuza Un soldat japonais de la Seconde Guerre mondiale fait exploser des hommes d’affaires. Bond est capturé et se fait implanter une bombe dans son corps. Operation Yakuza Ian Mennell Sarompas 10 (1990 series)
    1991 Giftfabriken La fabrique de poison Après des attaques avec un poison inconnu, tous les principaux toxicologues sont tués. La raison en est qu’ils pourraient empêcher le plan d’un toxicologue de dominer le monde avec des super serpents. The Poison Factory Ian Mennell Sarompas 6 (1991 series)

    * : Terje Nordberg et EirikIldahl (sous le pseudonyme de Johann Vlaanderen)

    Ce diaporama nécessite JavaScript.

    Il est à noter que la base du scénario du film norvégien Blücher (1988) s’inspire (très) légèrement du comics bondien de Semic Operation: Blücher (1984) ; on ne peut toutefois guère parler d’« adaptation ».

    Mangas japonais

    De 1964 à 1967, les fans japonais de James Bond ont plus découvrir quatre mangas inspirés (sans être des adaptations vraiment fidèles) de romans de Fleming : Vivre et laisser mourir, Opération Tonnerre, Au service secret de Sa Majesté et L’Homme au pistolet d’or. Écrits et dessinés par Takao Saito (qui peu après se lancera dans sa fameuse série de mangas Golgo 13), ces aventures font environ 300 pages chacune et se lisent de droite à gauche, un sens que nous pourrions considéré comme « à l’envers » en temps que public occidental. Longtemps difficilement trouvables, elles furent rééditées en 2015 par Big Comic Special. À ce jour ces comics n’ont jamais été traduits officiellement en anglais ou en français ; il est toutefois possible de trouver une fan-traduction anglaise officieuse sur le net…

    Vivre et laisser mourir : présentation et critique de CJB  

    Ce diaporama nécessite JavaScript.

  • Casino Royale, la première aventure de Bond rééditée en Comics par Titan

    Par Kevin Collette

    Cours de rattrapage pour les non-initiés : en 1953, Ian Lancaster Fleming signe son tout premier roman d’espionnage, Casino Royale. Retitré façon Mickey Spillane à sa sortie US : You Asked For It! , le roman introduit donc le personnage de James Bond, assassin patenté au service de Sa Majesté.

    Cinq ans plus tard, sous la direction de Ian Fleming lui-même, les scénaristes Henry Gammidge et Anthony Herne découpent le roman ‘à la machette’ (dixit le créateur de l’agent 007), obligés qu’ils sont de rythmer chaque semaine par un coup de théâtre la dernière case de la BD hebdomadaire du Daily Express.

    Titan_Casino_Royale

    C’est l’illustrateur John McLusky qui est choisi pour enfin visualiser James Bond. Sa version reste très fidèle à la version littéraire, jusqu’à la boucle de cheveux qui rebique au milieu du front (un détail capillaire qu’aucun acteur n’a jusqu’ici réussi à s’approprier !).

    Du 7 juillet au 13 décembre 1958, le strip tiendra en haleine les lecteurs du quotidien. Détail piquant, c’est le Daily Express le premier qui lancera ensuite un sondage parmi ses lecteurs pour qu’ils désignent plus tard le premier acteur idéal pour incarner le personnage de Bond au cinéma. Sondage dont les résultats influenceront grandement le choix d’Albert Broccoli et de Harry Saltzman en 1962 !

    S’il faut bien reconnaître le caractère très minimaliste de l’intrigue de Casino Royale, et son côté ‘anti Rouge’ très désuet (pour mémoire, 007 est chargé de réussir à faire dilapider les fonds d’un trésorier soviétique, Le Chiffre, afin de court-circuiter la mise en place de son réseau…). Hormis une poursuite en voiture, où 007 finit dans le décor, aucun élément d’exotisme ou de personnages à l’ego démesuré comme Fleming s’appliquera ensuite à mettre sur la route de l’agent secret…

    cr

    En revanche, on trouve déjà dans ce ‘roman prototype’ un méchant haut en couleur, l’insondable Le Chiffre, un sadisme latent (la scène de torture via carpette de tapis est particulièrement salée), une héroïne tout à fait désirable et un goût pour les situations extrêmes. Paradoxalement, on en apprend très peu sur le personnage central de l’intrigue, plus sur son environnement…

    C’est donc avec intérêt que l’on se penchera sur cette version, en gardant à l’esprit les possibilités de script offertes à Neal Purvis et Robert Wade, censés adapter le roman en question pour le vingt et unième film de la série… Un remake à la puissance trois si l’on remonte à la première adaptation télévisée du Climax Mystery Theatre de 1954.

    En bonus de cette nouvelle édition, la version de Vivre et Laisser Mourir (‘le plus sadique des romans de Fleming’ dixit le critique littéraire du Times !) également illustrée par McLusky. Ultime Cerise sur le gâteau : une intro exclusive signée de la plume – toujours acerbe – de Sir Roger Moore !

    Dans sa (très courte) préface, l’acteur livre quelques anecdotes savoureuses sur douze années passées dans la peau de 007 et, surprise, l’acteur y fait montre d’une réelle connaissance de l’œuvre de Ian Fleming. Il se livre en effet à une analyse rapide des romans, Vivre et Laisser Mourir et même Moonraker (bonus inédit rajouté à la dernière minute par l’éditeur Titan).

    « …Par chance, j’ai réussi à survivre au tournage de Live and Let Die sans trop de bobos, et j’ai dû réussir quelque chose de passable pour qu’on me demande de revenir à six reprises (!)… Moonraker n’aurait pas dû être mon quatrième James Bond, mais à cause des succès rencontrés par les Star Wars et autres Rencontres du 3ème Type, Cubby décida de reléguer en cinquième position Rien Que Pour Vos Yeux, pourtant annoncé à la fin de L’Espion qui m’aimait pour s’atteler à Moonraker.

    Forcément, l’intrigue un peu faiblarde du roman fût mise au goût du jour avec une bonne injection de «Gadgeto virus», et l’aiguille du compteur «Action» monta de pas mal de degrés…

    Bond constitue une part importante de ma vie, douze années et sept films constitueraient une somme dans la vie de n’importe qui, et je reste profondément reconnaissant à l’homme qui, il y a plus de cinquante ans, décida de s’asseoir à son bureau dans sa villa de GoldenEye à la Jamaïque pour commencer à écrire les premières lignes de Casino Royale ».

    Remerciements : Sophie Mitchell – TITAN Books


Sources du dossier :

James Bond, opération comics de BDzoom par Philippe Tomblaine (2)
MI6-HQ (2) (3)
Wikipédia (2)
Harnby
007 Magazine
The Lost Adventures of James Bond de Mark Edlitz
Writing Bond / Lennart Guldbrandsson
Just Johnny’s James Bond Comics website
The Secret Agent Lair
Commanderbond.net
Comics Royale
Archivo007
Commander James Bond France
 



Commentaires (1)

  1. Guy Eloi

    Très bon dossier, très complet (il y a certaines BD que je ne connaissais pas : celles sur Fleming ainsi que deux de D’Artagnan).

    Répondre

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.