L’hommage du Club à Sir Roger Moore


Alors que nous apprenons le décès du parrain du Club James Bond France, nous nous activons à préparer un hommage digne de ce nom à Roger Moore dans notre prochain Le Bond, et à l’occasion de notre évènement le 24 juin prochain. Nous ne pouvions pas cependant laisser passer cette journée sans saluer l’espion qu’on aimait.


Roger Moore n’a jamais été le meilleur des James Bond. Il le disait lui même ironiquement, s’estimant au mieux le 4e meilleur Bond.

Et pourtant…

Et pourtant, alors que l’on apprend le décès de l’acteur so british, on se rend compte à quel point son James Bond était aimé, sa personnalité était applaudie, et son humour célébré.

Pour beaucoup d’entre nous, fans de James Bond, Roger Moore a été le premier visage de Bond : qu’on l’ait découvert au cinéma comme Luc notre président du Club, ou sur une vieille VHS comme moi quelques décennies plus tard. Quelle que soit la génération à laquelle on appartienne, on a tous grandit avec le thème d’Amicalement Vôtre dans la tête, et le saut en parachute dans les yeux. Quel que soit le James Bond que l’on préfère et qu’importe le nombre de fois où l’on a ri de ce 007 pas très sérieux, on ne peut qu’admirer l’aisance et le plaisir avec lesquels Sir Roger se glissait dans le smoking. Roger Moore était d’ailleurs le premier à se moquer de son espion improbablement pas secret et de sa complexité se résumant à la couleur des smokings ou au levé de sourcil.

roger

Et pourtant, malgré l’humilité et le second degré de Sir Roger sur sa propre carrière d’acteur, on ne peut qu’admirer, maintenant qu’il nous a quitté, la qualité du travail qu’il a laissé.

Avec son air innocent et son sourire charmeur, Roger Moore n’en a pas moins réussi l’exploit impossible de reprendre le rôle de Sean Connery et l’amener dans une nouvelle direction, à enchainer les Bond jusqu’à détenir le record du nombre de film officiels effectués (007), à accompagner son Bond, malgré son âge, à travers des aventures toujours plus risquées, sans jamais rechigner à escalader la tour Eiffel, fréquenter des jeunettes, ou se déguiser en clown. Il était donc un formidable homme-spectacle, qui s’était totalement approprié un personnage d’espion qui risquait à tout moment de disparaitre. Et cela ne l’empêchait pas parfois de nous surprendre avec des scènes d’une rare intensité : on se souvient du duel avec Scaramanga, des règlements de compte de Rien que pour vos yeux, de la torture dans le simulateur de gravité de Moonraker, ou son implication dans la conduite du camion de pompier de Dangereusement Votre.

duel

C’est cette franchise et cette légèreté qui font qu’encore aujourd’hui, s’il n’est pas le meilleur James Bond, Roger Moore n’en reste pas moins énormément aimé. Et il le mérite : plus que tous les autres acteurs de 007 réunis, Roger Moore avait aussi cette complicité avec son public et les gens avec lesquels il travaillait. Il a inondé les fans d’anecdotes sur ses parties de backgammon avec le producteur des Bond sur les tournages, sur la bonne humeur des plateaux de tournage et ses salaires astronomiques, et cela, sans jamais renoncer à son autodérision, ni jamais dire du mal de ses successeurs.

C’est cette gentillesse qu’il a continué à démontrer, lors de ses rencontres avec le public pour partager ses souvenirs, quand il a accepté de parrainer le Club James Bond France, dans son engagement auprès d’UNICEF (ce dont il avouait être plus fier que sa carrière d’acteur) et dans son hu-moore qu’il avait recyclé jusque dans les réseaux sociaux pour répondre aux fans.

cubby-roger

« Le problème à mon âge, c’est que la plupart de mes amis sont passés dans « l’autre pièce » ». Aujourd’hui, l’espion qu’on aimait nous a quitté pour rejoindre d’autres icônes du Cinéma. Il n’aura sans doute jamais une place aussi dorée que les autres acteurs qu’il fréquentait, mais cela n’est sans doute rien par rapport à la place qu’il continuera à occuper dans le cœur de générations de fans.

A cette triste nouvelle, je ne peux donc que lever un sourcil, nous servir une coupe de champagne, et m’exclamer « A la tienne mon cher Roger !»

2462


Roger Moore

Retrouvez la carrière de Sir Roger et les photos sur l’Encyclopédie du Club, et restez connectés pour les autres hommages et rétrospectives du Club !

Retrouvez aussi les photos de sa venue à Paris en 2011

 


Laisser un commentaire


Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :