Je m’appelle Craig, Daniel Craig


Paru dans Le Bond 02, 2006

Paru dans Le Bond 02, 2006

Avec Casino Royale, Daniel Craig rejoint le petit groupe d’acteurs d’exception qui ont incarné la quintessence de l’agent secret. Michael G. Wilson et Barbara Broccoli, producteurs liés depuis longtemps à la très populaire franchise des Bond, le décrivent comme « l’acteur britannique par excellence de sa génération ».

Nous sommes le 14 octobre 2005. Sous le ciel gris de Londres, c’est l’effervescence. Le nouveau Bond, l’Espion le plus célèbre et le plus British au monde, va être introduit face à la presse, devant le Tower Bridge après plus de trois années de silence. On sait qu’il est blond, un choix étrange venant de la production, et qu’il va jouer dans l’adaptation du premier James Bond de Ian Fleming : Casino Royale.

Le voila soudain qui arrive sur la tamise, en bateua, escorté par la Royal Navy. Les militaires ont imposé sans concession un gilet de sauvetage à l’acteur. Pas très bondien, mais l’anglais va se rattraper lors de la conférence de presse.

Daniel Craig confie : « C’est évidemment un honneur pour moi d’incarner une telle icône, mais j’ai aussi été attiré par la complexité des émotions du scénario et la manière dont évolue le personnage au fil de l’histoire. James Bond apparaît ici comme un personnage plus sombre, ce qui correspond davantage à la manière dont l’a dépeint Ian Fleming à l’origine. C’est un peu un retour aux sources, avec un Bond au tout début de sa carrière, plus physique et plus brut dans sa façon d’être. C’est un solitaire, qui n’aime pas se lier aux autres. Au fur et à mesure de l’histoire, il va évoluer et devenir plus raffiné. »

Daniel Craig arrive en bateau escorté par la Royal Navy

Daniel Craig arrive en bateau escorté par la Royal Navy

Si vous ne prenez pas de coups en jouant James Bond, c’est que vous ne le jouez pas comme il faut.

Daniel Craig

Daniel Craig screen testPour découvrir l’acteur qui allait incarner le nouveau Bond, Barbara Broccoli et Michael G. Wilson ont opté pour une méthode qui a fait ses preuves. Wilson explique : « Lors de l’audition, nous avons demandé aux acteurs de jouer la scène de Bons baisers de Russie dans laquelle Bond rencontre Tatiana Romanova pour la première fois. Cette scène comporte en effet tout ce que l’on doit savoir sur un Bond potentiel : la tension dramatique, la romance et l’action. »

Daniel Craig a passé le test haut la main. Barbara Broccoli raconte : « Dès notre première rencontre, il a été évident que Daniel était parfait. Il a beaucoup de charisme, il est capable de jouer dans un très grand nombre de registres et il est séduisant. Ce rôle est un véritable défi, mais il campe un formidable Bond. »

Michael G. Wilson ajoute : « Daniel est un Bond très moderne, qui possède l’authenticité dont nous avions besoin pour redéfinir ce personnage très complexe. Bond est Commandeur, c’est un ancien de la Marine, qui vient juste d’obtenir le très rare statut de double zéro, c’est-à-dire qu’il a autorité pour décider de tuer. Daniel a montré un immense talent dans la gestion des émotions conflictuelles que ressent Bond. C’est un grand acteur qui s’est totalement donné au rôle. »

dcT

Daniel Craig, qui a joué dans des films comme MUNICH, LES SENTIERS DE LA PERDITION ou LARA CROFT : TOMB RAIDER, travaillait à Baltimore quand il a appris qu’il avait le rôle. Il se souvient : « J’étais tout seul, je suis sorti boire un verre pour fêter ça. Bien entendu, je ne pouvais pas raconter à tout le monde dans le bar que j’allais être le nouveau James Bond, personne ne m’aurait cru, on m’aurait jeté dehors ou ils auraient appelé l’hôpital !

« Plus je réalisais ce qui m’arrivait, plus j’étais impatient de commencer à me préparer. Je connaissais les exigences physiques du rôle et j’ai entamé un programme de mise en forme extrêmement rigoureux. »

Les efforts de l’acteur ont été payants dès le début du tournage au studio de Modrany, non loin de Prague. La première scène qu’il a tournée est celle dans laquelle Bond poursuit le poseur de bombe Mollaka dans l’ambassade du Nambutu.

Daniel Craig explique : « Je voulais faire le plus de cascades possible moi-même, afin que le public puisse voir qu’il s’agit bien de moi et que tout est réel. Par la force des choses, je suis devenu un athlète, ce qui veut dire qu’on se blesse et que l’on continue, que l’on encaisse pour accepter un niveau supérieur de douleur. Malgré le travail formidable de Gary Powell et de son équipe de cascadeurs pour s’assurer d’une sécurité maximale à tous les niveaux, si vous ne prenez pas de coups en jouant James Bond, c’est que vous ne le jouez pas comme il faut. »

Avec le réalisateur Martin Campbell qui dirigera l'acteur dans Casino Royale

Avec le réalisateur Martin Campbell qui dirigera l’acteur dans Casino Royale

Le réalisateur Martin Campbell, qui avait dirigé Pierce Brosnan dans son tout premier James Bond, GOLDENEYE, commente : « Daniel sera une vraie révélation pour le public. Il allie la rudesse et le charme au sens de l’humour. Parce que cette histoire-là repose davantage sur les personnages, sa profondeur et sa gravité sont parfaites pour le rôle. Il est également dans une forme physique éblouissante et il excelle dans les scènes d’action. »

Daniel Craig commente : « Martin a galvanisé tout le monde, acteurs et techniciens, et plus important encore, il a su transmettre au film toute l’énergie du plateau. Martin met le feu aux poudres ! Un tel niveau d’énergie est nécessaire dans les séquences d’action, mais elle est aussi d’une grande valeur pour les scènes plus calmes et plus intenses au plan de la narration, comme pour le tournoi de poker. »

Avec les producteurs qui l'ont choisi : Barbara Broccoli, et Michael G. Wilson

Avec les producteurs qui l’ont choisi : Barbara Broccoli, et Michael G. Wilson


Laisser un commentaire


Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :